TRANSITION SOCIÉTALE

  • CHINE: la victoire jaune ... pour les horlogers suisses

    Imprimer

    Les mois de 2020 se ressemblent ... les exportations de l'horlogerie suisse sont dans le marasme !

    Une lueur : la Chine  (+78,7% en un an...quant aux autres pays du monde ils font...moins 30% en 9 mois)

    Les statistiques mensuelles des douanes viennent de tomber ce mardi matin (8h).

    Elles sont formelles : la Chine domine le monde.

    Ainsi elles confirment ce que l'on savait déjà depuis longtemps maintenant : la Suisse a perdu le marché des montres à moins de 500 chf. et ceci pour toujours ... mais ces mêmes statistiques montrent aussi la Chine comme notre principal levier de croissance (fini Hong Konk!)

    Cela à l'avantage d'être clair. 

    La Chine est le premier pays au monde pour ... les horlogers suisses

    Cela a des conséquences :

    1.- il va falloir apprendre le mandarin dans nos écoles du Jura

    2.- il va falloir envoyer nos jeunes dans des stages en Chine

    3.- il va falloir apprendre à plaire aux chinois (design, moeurs, culture, etc.)

    4.- fini de regarder vers l'Ouest (l'Amérique se meurt)... il va falloir regarder vers la Chine et l'Asie du Sud Est

    C'est un changement profond dont on ne mesure pas aujourd'hui encore toutes les effets ...

    Lien permanent 1 commentaire
  • ANNIVERSAIRE : SWISSNEX à 20 ans

    Imprimer

    Exactement aujourd'hui le 10.10.2020 ...cela fait 20 ans que les maisons suisses de la science et de la technologie ont commencé à se déployer dans le monde...  En effet, tout à commencé à BOSTON le 10.10.2000...par l'ouverture de la première Swiss House for Advanced Research and Education...  depuis c'est devenu une aventure extraordinaire partagée par des centaines/milliers de jeunes suisses pour montrer "overseas" l'excellence de la science et de la technologie suisse.... et aujourd'hui -c'est nouveau- pour montrer sa capacité de RÉSILIENCE... on est n°1 mondial en la matière

    Lien permanent 1 commentaire
  • OOPS : à quoi peu encore servir une montre analogique ?

    Imprimer

    Dans son livre "The Game" Alessandro Baricco démontre comment notre société a enterré l'analogique au profit du numérique. Il parle d'insurrection mentale de transformation sociétale... il ne mâche pas ses mots... il est convaincu et convainquant !

    Un monde nouveau émerge derrière ce changement de référent.

    Ce qu'il ne dit pas ... c'est que dans de nombreux pays comme en Angleterre, les écoles ont remplacé les horloges analogiques par du numérique car les enfants ne savent plus lire l'heure analogique !

    En effet, lors des examens ils demandaient sans cesse aux professeurs qu'elle heure il était.

    Et donc quand la majorité ne sait plus lire l'heure des aiguilles alors celles-ci disparaissent...c'est logique.

    Les horlogers suisses semblent l'ignorer. Ils continuent massivement à proposer des montres analogique que la moitié du monde -au moins- ne sait pas lire ...

    Hilarant !

    Sauf qu'il faudrait mieux qu'ils s'adaptent...c'est pas quand même les autres qui vont le faire !

    Messieurs les Horlogers (suisses) réveillez-vous : le monde a changé....

    Lien permanent 0 commentaire
  • MÉDECINE : encore à l’âge de la fax-machine !

    Imprimer

    Aujourd’hui, on le voit bien : la médecine est restée dans bien des domaines très en retard dans l’usage des technologies modernes. Certes, il y des scanner, des IRM, des robots et autres instruments digitaux… mais on continue dans le même temps à communiquer majoritairement avec le fax notamment entre médecins et pharmaciens.

    Évidemment l’usage du fax comment instrument de communication semble sortir d’un autre siècle. En fait, du siècle dernier. Cela démontre en tous les cas que la chaîne de la digitalisation n’existe pas ou pas encore. On tape à l’ordinateur des textes, on les faxe et on est obligé ensuite de les retranscrire ou de les scanner … mais la chaîne du digital est sans arrêt interrompue. Comment oser alors parler du dossier patient (digitalisé) dans des conditions d'un autre âge ?

    Autre exemple surprenant concernant cette fois-ci la pandémie du COVID-19 : les médecins cantonaux communiquaient leurs données statistiques à Berne par fax. On croit rêver.

    Mais le progrès technologique a bien d’autres ratées dans le système de santé. Si l’on regarde les mesures sanitaires prises dans la crise, c’est pire encore :  sur les 5 mesures proposées à la population pour lutter contre la pandémie … 4 datent du Moyen âge et de la lutte contre les grandes pestes qui dévastèrent à l’époque l’Europe. Le port du masque, se laver les mains, la distance sociale et la quarantaine viennent du fin fond des âges.

    Seul le traçage de la population avec le logiciel SwissCovid est d’une conception moderne … mais malheureusement pas très utilisé... la technologie fait peur à tout le monde !

    Cela en dit long sur notre système de santé : un désert technologique avec quelques oasis high-tech !

    Lien permanent 0 commentaire
  • APPLE force la montre suisse à monter en gamme !

    Imprimer

    Cela fait de nombreuses années que j'écris pour alerter les milieux de l'horlogerie suisse sur un déclin programmé.

    Le déni de réalité a été la réponse des dirigeants.

    Mon argument central était que la montre changeait de nature : elle devenait connectée...on le savait depuis la sortie de la Swatch Connected de 1999 (offerte à tous les partenaires lors de l'inauguration de la Swissnex à Boston en 2000). Mais voilà le groupe Swatch après un partenariat plutôt malheureux avec Microsoft décida d'abandonner ce domaine pour trop longtemps. Et même si une montre Tissot connectée vient de voir le jour ...c'est trop tard, trop cher et ne possède pas assez d'applications !!!

    Flash back : En 2015, Apple se mit à commercialiser son Apple Watch et ramassa la mise. Aujourd'hui encore la firme à la pomme détient la moitié du marché des montres connectées. Les jeux semblent être faits. Les suisses sont sur la touche ! L'industrie a en conséquence  surtout souffert sur l'entrée de gamme, à savoir les montres à moins de 500 CHf. En effet, Apple vend plus de montres chaque année que toute l'industrie suisse : 30 millions contre 20 millions.

    Une conséquence importante est que -par défaut- les horlogers suisses sont montés en gamme. C'est à dire qu'ils ont vendu leurs montres de plus en plus cher en écoulant moins de montres, beaucoup moins, mais comme elles étaient plus chers, ils ont pu faire semblant que rien ne se passait.

    En effet, comme le chiffre d'affaires restait élevé (à des niveaux comparables) cela a caché le drame qui couvait : une baisse effective de la production donc une désindustrialisation rampante.

    C'est cela la réalité.

    Vendre moins en volume, c'est abandonner petit à petit un appareil de production anciennement large et diversifié.Il semblerait ainsi que la stratégie d'Apple finira par étrangler l'industrie suisse qui c'est rétrécie d'année en année !

    Alors, il reste le déni de réalité -pour faire semblant que tout va bien.

    Un bel exemple de ce déni est le schéma que Grégory Pons a reproduit sur son fameux site internet https://businessmontres.com et qui reprenait en le détournant un schéma publié par la Fédération Horlogère Suisse pour expliquer que le déclin n'est pas un déclin mais un redressement... il faut être aveugle ...

     

    5f633a7806578548070733.png

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • UNE MONTRE APPLE POUR TOUS !

    Imprimer

    C'est véritablement l'ambition de Tim Cook, le CEO d'Apple :

            "tout le monde devrait avoir une montre Apple au poignet"

    Mais comment parvenir à une telle ambition.

    Voici sa stratégie en deux points:

    1. rendre Apple Watch financièrement accessible à tous : 199 $, c'est le prix d'entrée de gamme (sans aucune promotion)
    2. ajouter des fonctionnalités indispensables à la santé : comme une sorte de lecteur prédictif de vie.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • EN FINIR AVEC L'ÉPOQUE SWATCH!

    Imprimer

    Au mois de Juillet, l’horlogerie suisse a exporté l’équivalent de 1,6 milliard de francs, soit une diminution de 17,0% par rapport à juillet 2019... Ce n'est pas si mal ... l'horlogerie semble résister !

    Pourtant si l'on examine en détail ... on s'aperçoit que les volumes baissent fortement mais aussi l'entrée de gamme des montres bons marchés.

    Maintenant il faudrait passer à la phase dn grand "Reset". Pour cela 3 éléments comptent particulièrement :

    1.- fortement diminuer les capacités de production industrielle notamment l'entrée de gamme,

    2.- aller massivement vers le digital...notamment le marketing digital et donc en finir avec le papier glacé,

    3.- monter en gamme ... il faut avoir le courage de totalement abandonner le bon marché.

    Cela veut dire en bref : EN FINIR AVEC L'ÉPOQUE SWATCH !

    Lien permanent 0 commentaire
  • GENÈVE SE VIDE !

    Imprimer

    Les deux leaders de la banque privée genevoise Pictet et Lombard construisent en périphérie, à Pont Rouge et à Bellevue, chacun sa gare et sa sortie d’autoroute, loin du centre-ville. C’est une révolution urbaine pour Genève. Chaque jour, des milliers d’employés ne vont plus pénétrer en ville. Commerces et restaurants de proximité vont souffrir. 

    Les rentrées fiscales vont en pâtir et la circulation sera allégée. Mais est-ce le seul constat? Non bien sûr, la crise sanitaire avec le port du masque et la distance sociale a amené la généralisation du «home office» et l’envie d’habitat à la campagne... la ville semble s’effondrer sur elle-même! Faisons donc le point sur l’avenir de la ville. 

    D’abord Genève n’est pas un cas particulier. On peut retrouver ce modèle d’évolution par le vide ailleurs: Barcelone, Berlin, Zurich pour ne citer que quelques villes européennes. 

    Ensuite, il faut bien comprendre le mécanisme sous-jacent du modèle économique de la ville. Sa concentration favorisait les échanges cours. Le quartier des banques était construit à Genève autour de la Bourse, la criée. On traversait la rue et on passait ses ordres d’achat ou de vente. La proximité était essentielle à toutes activités financières. Ce n’est depuis plusieurs décennies plus le cas. La digitalisation de la finance a emporté la criée, aujourd’hui tout est «on-line». La fin du «contact-client-privilégié» va emporter le reste. Le centre-ville n’apporte plus aucun avantage et coûte trop cher pour rien! C’est un constat sans appel.

    Enfin, la ville n’a pas anticipé cette situation car la réflexion dominante se fixait sur la nuisance du trafic, le manque de parking, les rues piétonnes et rendre la ville plus verte, mais rien sur son éventuelle désertification! Les centres commerciaux et les banlieues résidentielles (notamment les cités satellites), avaient déjà montré le chemin... la ville se construisait hors de ses murs à sa périphérie grignotant la campagne. Nyon et Bulle en sont de terribles exemples. La ville dans son manque d’anticipation va devoir gérer principalement deux activités dans le futur: l’administratif et la culture, cette dernière doit de plus faire face à la plus grande menace pour sa survie: la crise sanitaire du Covid-19!

    Tout semble jouer contre la ville. Alors quel est son avenir?

    Si tout s’en va à la périphérie pour des raisons d’économie et de bien-être, quelques activités devront rester en ville pour des raisons objectives? Les services administratifs devraient être les derniers «mohicans» des villes, car il y a du sens à regrouper l’administration. 

    Aujourd’hui rendre plus efficace le service public, c’est le concentrer dans une zone, en finir avec les doublons (plusieurs services qui s’occupent d’une seule demande comme par exemple les permis de construire), en finir avec les multiples guichets (la solution étant le «on-line» mais aussi le «one stop shop»), en finir avec des bâtiments éparpillés au hasard du développement urbain (qui coûtent cher en location), etc. La ville fonctionnelle à tâche administrative devient le «must». Université, Grand Théâtre, Comédie, Palais de justice, musées, administration, notamment, vont se concentrer au centre et le reste va en périphérie.

    Un urbanisme nouveau naît devant nos yeux. Encore faut-il en être conscient!

     

    (article publié dans AGEFI 12.08.29)

    Lien permanent 0 commentaire
  • HORLOGERIE SUISSE : EN ATTENDANT DÉSESPÉRÉMENT LA REPRISE !

    Imprimer

    La baisse des exportations du premier semestre reflète la crise sanitaire du Coronavirus. La ventilation des exportations horlogères montre une chute de plus de 35% en moyenne. Ainsi l’Asie (-35,7%), l’Europe (-36,8%) et l’Amérique (-32,9%) ont toutes connu un repli comparable à l’issue des six premiers mois de l’année.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Horlogerie Suisse : en attendant la reprise !

    Imprimer

    L'Horlogerie suisse a connu en mai 2020 un deuxième mois de quasi-paralysie

    Après la très forte contraction du mois d’avril (-81,3%), les exportations horlogères suisses ont continué d’évoluer au ralenti en mai. A 655,6 millions de francs, leur valeur a diminué de 67,9% par rapport à mai 2019. Les cinq premiers mois de l’année ont ainsi bouclé sur un repli de 35,8%.

    Que faire ?

    Après la résistance il faut entamer la phase de RESET puis plus tard celle de la RELANCE *

    le « Reset », c’est la reconsidération complète de l’environnement économique et sociale dans lequel on opère. Cette fois-ci on va repenser la chaîne d’approvisionnement en créant de la redondance et du local, on va transiter vers le digital (télé-travail, télé-achat, téléformation, etc.) et on va entrer dans une économie circulaire plus écologique. On définit ainsi un nouvel horizon. Le « Reset » de QoQa, entreprise de e-commerce, a été d’offrir pendant la crise du Covid-19, sa plateforme a des commerçants suisses qui ne disposaient pas d’un tel outil. Aujourd’hui QoQa développe cette plateforme globale comme un nouveau levier de croissance.

    La « Relance ». Cette phase va nécessiter de mettre en place un processus d’innovation nouveau qui tient compte de tous les changements sociétaux, car il ne sera plus possible de faire simplement comme avant. Il faut effectuer un nouveau « logiciel » de pensée, de management et de production. On va faire autre chose, autrement et pour une clientèle plus intéressée à notre vision.

    C'est essentiel que l'horlogerie repense son modèle si elle veut maintenir sa présence industrielle.

    *Extrait d'un article paru dans le Havard Business Review

    Lien permanent 0 commentaire
  • On a déjà donné la vue aux machines !

    Imprimer

    Dans ces temps troublés, on perd de vue l’essentiel.

    Mais notre siècle sera celui des machines voyantes.

    La réalité est bien là. L’IA et en particulier le Machine Learning (ML) ont apporté la vue aux machines. Mon téléphone mobile reconnaît mon visage et débloque l’accès à ses fonctionnalités, les caméras des aéroports voient les visages et identifient les gens suspects, les voitures autonomes se déplacent dans le trafic urbain en reconnaissant les objets typiques de nos villes, les machines-outils à commande numérique repèrent les pièces défectueuses et se reprogramment, etc.

    Bref, les machines voient. On a transféré un de nos « cinq » sens aux machines.

    C’est énorme.

    Bien que les implications sociétales ­–d’un tel transfert– ne soient pas discutées politiquement. On préfère parler de protection des données alors que l’enjeu technologique est bien plus important ailleurs.

    Car c’est sans doute le phénomène le plus important qui arrive à notre civilisation. Nous sommes sur le chemin du « transfert » de nos sens vers les machines…

    On parle beaucoup d’intelligence artificielle mais pas tellement de nos « sens » et pourtant plus que le cerveau ce sont eux qui sont transférés en premier lieu.

    Voir, entendre, toucher, sentir et goûter … voilà ce que l’on fait en permanence… et bien les machines commencent à s’en approprier.

    Entendre et parler : c’est ce que font Siri (Apple) ou Alexa (Amazon).

    Voir : c’est ce que font les caméras de Vidi Cognex (Fribourg-Boston).

    Toucher : L’EPFL travaille sur un projet de doter le robot « iCub » d’une « peau » artificielle qui par ses capteurs, permettra à ce petit robot humanoïde de la taille d’un enfant, d’acquérir un sens précis du toucher.

    Sentir et goûter : Les parfumeurs comme Givaudan et Firmenich travaillent dessus.

    On peut dire dès lors que le règne des machines « sensibles » émerge.

    Il faudrait en parler…non ?

     

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • HORLOGERIE & CORONAVIRUS : le commerce extérieur s’effondre

    Imprimer

    Le confinement décrété en Suisse et dans de nombreux pays en raison de la pandémie de coronavirus a impacté violemment le commerce extérieur suisse et notamment l'horlogerie - 81,3.

    Un plongeon historique !

    Mais quelles leçons à tirer de cette crise:

    1.- le digital sort grand vainqueur (avec le commerce en ligne). Toutes les entreprises qui sont présentes sur Internet résistent un peu mieux...mais

    2.- Apple semble être avec son Apple Watch intouchable

    3.- Rolex, même à l'arrêt de fabrication, garde une avance importante sur les autres horlogers suisses

    4.- Si l'on ose évoquer l'image de la course cycliste : Alors Apple et Rolex forment ensemble le peloton de tête à plus de 5 Mia de chiffre d'affaires

    5.- suivent un second peloton de moins de dix marques réalisant plus de 1 milliards de CHF

    6.- puis loin derrière le reste du peloton - en débandade - et plusieurs sont sur le point d'abandonner la course

    Ainsi un tout nouveau paysage horloger se dessine ... pour toujours ?

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire