TRANSITION SOCIÉTALE

  • Horlogerie Suisse : en attendant la reprise !

    Imprimer

    L'Horlogerie suisse a connu en mai 2020 un deuxième mois de quasi-paralysie

    Après la très forte contraction du mois d’avril (-81,3%), les exportations horlogères suisses ont continué d’évoluer au ralenti en mai. A 655,6 millions de francs, leur valeur a diminué de 67,9% par rapport à mai 2019. Les cinq premiers mois de l’année ont ainsi bouclé sur un repli de 35,8%.

    Que faire ?

    Après la résistance il faut entamer la phase de RESET puis plus tard celle de la RELANCE *

    le « Reset », c’est la reconsidération complète de l’environnement économique et sociale dans lequel on opère. Cette fois-ci on va repenser la chaîne d’approvisionnement en créant de la redondance et du local, on va transiter vers le digital (télé-travail, télé-achat, téléformation, etc.) et on va entrer dans une économie circulaire plus écologique. On définit ainsi un nouvel horizon. Le « Reset » de QoQa, entreprise de e-commerce, a été d’offrir pendant la crise du Covid-19, sa plateforme a des commerçants suisses qui ne disposaient pas d’un tel outil. Aujourd’hui QoQa développe cette plateforme globale comme un nouveau levier de croissance.

    La « Relance ». Cette phase va nécessiter de mettre en place un processus d’innovation nouveau qui tient compte de tous les changements sociétaux, car il ne sera plus possible de faire simplement comme avant. Il faut effectuer un nouveau « logiciel » de pensée, de management et de production. On va faire autre chose, autrement et pour une clientèle plus intéressée à notre vision.

    C'est essentiel que l'horlogerie repense son modèle si elle veut maintenir sa présence industrielle.

    *Extrait d'un article paru dans le Havard Business Review

    Lien permanent 0 commentaire
  • On a déjà donné la vue aux machines !

    Imprimer

    Dans ces temps troublés, on perd de vue l’essentiel.

    Mais notre siècle sera celui des machines voyantes.

    La réalité est bien là. L’IA et en particulier le Machine Learning (ML) ont apporté la vue aux machines. Mon téléphone mobile reconnaît mon visage et débloque l’accès à ses fonctionnalités, les caméras des aéroports voient les visages et identifient les gens suspects, les voitures autonomes se déplacent dans le trafic urbain en reconnaissant les objets typiques de nos villes, les machines-outils à commande numérique repèrent les pièces défectueuses et se reprogramment, etc.

    Bref, les machines voient. On a transféré un de nos « cinq » sens aux machines.

    C’est énorme.

    Bien que les implications sociétales ­–d’un tel transfert– ne soient pas discutées politiquement. On préfère parler de protection des données alors que l’enjeu technologique est bien plus important ailleurs.

    Car c’est sans doute le phénomène le plus important qui arrive à notre civilisation. Nous sommes sur le chemin du « transfert » de nos sens vers les machines…

    On parle beaucoup d’intelligence artificielle mais pas tellement de nos « sens » et pourtant plus que le cerveau ce sont eux qui sont transférés en premier lieu.

    Voir, entendre, toucher, sentir et goûter … voilà ce que l’on fait en permanence… et bien les machines commencent à s’en approprier.

    Entendre et parler : c’est ce que font Siri (Apple) ou Alexa (Amazon).

    Voir : c’est ce que font les caméras de Vidi Cognex (Fribourg-Boston).

    Toucher : L’EPFL travaille sur un projet de doter le robot « iCub » d’une « peau » artificielle qui par ses capteurs, permettra à ce petit robot humanoïde de la taille d’un enfant, d’acquérir un sens précis du toucher.

    Sentir et goûter : Les parfumeurs comme Givaudan et Firmenich travaillent dessus.

    On peut dire dès lors que le règne des machines « sensibles » émerge.

    Il faudrait en parler…non ?

     

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • HORLOGERIE & CORONAVIRUS : le commerce extérieur s’effondre

    Imprimer

    Le confinement décrété en Suisse et dans de nombreux pays en raison de la pandémie de coronavirus a impacté violemment le commerce extérieur suisse et notamment l'horlogerie - 81,3.

    Un plongeon historique !

    Mais quelles leçons à tirer de cette crise:

    1.- le digital sort grand vainqueur (avec le commerce en ligne). Toutes les entreprises qui sont présentes sur Internet résistent un peu mieux...mais

    2.- Apple semble être avec son Apple Watch intouchable

    3.- Rolex, même à l'arrêt de fabrication, garde une avance importante sur les autres horlogers suisses

    4.- Si l'on ose évoquer l'image de la course cycliste : Alors Apple et Rolex forment ensemble le peloton de tête à plus de 5 Mia de chiffre d'affaires

    5.- suivent un second peloton de moins de dix marques réalisant plus de 1 milliards de CHF

    6.- puis loin derrière le reste du peloton - en débandade - et plusieurs sont sur le point d'abandonner la course

    Ainsi un tout nouveau paysage horloger se dessine ... pour toujours ?

    Lien permanent Catégories : Général 0 commentaire
  • HORLOGERIE SUISSE : LA DEATH VALLEY

    Imprimer

    L'horlogerie traverse sa vallée de la mort.

    Et il n'y a plus guère que la FHS (Fédération Horlogère Suisse) pour utiliser encore le conditionnel  ses communiqués de presse

    Genre de titre surréaliste : "Forte baisse avant une détérioration probable en avril"... mais oui la vente de montres dans le Monde s'est arrêtée...les magasins sont fermés...et même si certains ont (r)ouverts ...ils ne vendent rien ou presque. En fait les horlogers ont exporté -41,6 de montres en mars...autant dire un effondrement !

    Il faudra bien deux bonnes années pour retrouver les niveaux de ventes de ces dernières années.

    Il a fallu plus d'un an lors de la crise des surprimes en 2009... il en faudra au minimum deux fois plus.

    Mais en attendant, il y aura des conséquences dramatiques pour certains avec de nombreuses faillites à la clé.

    Sur les 700 marques horlogères suisses, un bon tiers est aujourd'hui en état de survie dramatique... seuls ceux qui ont des liquidités survivront... car en ces temps de crise ...le "cash" brûle à toute vitesse.

    En attendant vous pouvez lire le communiqué de la FHS ...ici

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • 4 Prévisions pour un monde post-coronavirus

    Imprimer

    Le travail à distance, l'autonomie des machines (IA) et la télémédecine pourraient bientôt devenir les nouvelles normes de l'économie émergente.

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • Gouverner cela devrait être de donner des consignes claires ... sauf en tant de crise

    Imprimer

    Et voilà comment les Gouvernements nous donnent des ordres clairs .... Les nouvelles règles anti-corona...
    Essayons d’y voir clair...

    1. Vous ne pouvez pas quitter la maison en principe, mais si vous en avez besoin, vous pouvez quand même.
    2. Les masques ne servent à rien, mais il faudrait peut-être en porter, ça peut sauver, ça sert à rien mais ça sera peut-être obligatoire.
    3. Les magasins sont fermés, sauf ceux qui sont ouverts.
    4. Il ne faut pas aller dans les hôpitaux, sauf s'il faut y aller, même chose pour les médecins, il ne faut y aller qu'en cas d'URGENCE à condition que vous ne soyez PAS MALADE (?!?)
    5. Ce virus est mortel, mais pas trop effrayant néanmoins, sauf que si parfois, en fait ça va être une catastrophe planétaire.
    6. Les gants n'aideront pas, mais ils peuvent aider quand même.
    7. Tout le monde doit rester à la MAISON, mais il est important de SORTIR
    8. La nourriture dans le supermarché ne manquera pas, mais il y a plein de choses qui manquent si vous y allez en fin de journée mais ll ne faut pas y aller le matin.
    9. Le virus n'a pas d'effets sur les enfants sauf sur ceux sur qui il en a...
    10. Les animaux ne sont pas atteints, mais il y a malgré tout un chat qui a été testé positif en Belgique en février, quand on ne testait encore personne, mais ce chat oui (?!?)
    11. Vous aurez de nombreux symptômes si vous êtes malade, mais vous pouvez aussi tomber malade sans symptôme, avoir des symptômes sans être malade ou être contagieux sans symptôme. Ah ? Bref ???
    12. Pour ne pas être malade, vous devez bien manger et faire du sport, mais mangez malgré tout ce que vous avez sous la main et c'est mieux de ne pas sortir, enfin si, mais non...
    13. Il est préférable de prendre l'air, mais vous serez très mal vu si vous allez prendre l'air, et surtout n'allez pas dans les parcs, ou alors sans vous asseoir, sauf que maintenant si, vous pouvez si vous êtes vieux (à quel âge on est vieux ?!?) mais pas trop longtemps ou enceinte (mais pas vieille).
    14. Vous ne pouvez pas aller chez les personnes âgées, mais vous devez vous en occuper et apporter des courses et des médicaments.
    15. Vous ne pouvez pas sortir si vous êtes malade, mais vous pouvez aller à la pharmacie. Pour les soignants, même avec de la température, vous pouvez travailler, allez, pas plus de 38°C... 37,9 c'est pas grave, sauf si vous n'êtes pas soignant.
    16. Vous pouvez commander la livraison de plats préparés qui l'ont peut-être été par des personnes qui ne portaient ni masques ni gants. Mais il faut laisser décontaminer vos courses pendant 3 heures dehors. La pizza aussi ?
    17. Chaque article ou interview inquiétant commence par les mots "Je ne veux pas semer la panique, mais...".
    18. Vous ne pouvez pas voir votre mère ou votre grand-mère âgées, mais vous pouvez prendre le taxi et rencontrer un chauffeur de taxi âgé.
    19. Vous pouvez vous promener avec un ami mais pas avec votre famille si elle ne vit pas sous le même toit
    20. Mais on vous dit que se promener avec la bonne "distanciation sociale" n'est pas dangereux alors pourquoi on ne peut pas se promener avec d'autres amis ou de la famille (un à la fois) si on est dehors à la bonne distance ?
    21. Le virus reste actif sur différentes surfaces pendant deux heures, non, quatre, non, six, non, on a pas dit des heures, c'est peut-être des jours ? Mais il a besoin d'un environnement humide. Oh non, en fait pas nécessairement.
    22. Le virus reste en suspensions dans l'air enfin non, ou oui, peut-être, surtout dans une pièce fermée, en une heure un malade peut en contaminer dix, donc si ça tombe tous nos enfants ont déjà été contaminés à l'école avant qu'elles ferment ?
    23. On compte le nombre de morts mais on ne sait pas dire combien de personnes sont infectées, puisque jusqu'ici on a testé que ceux qui étaient "presque morts" pour savoir si c'était de ça qu'ils allaient mourir...
    24. On n'a pas de traitement sauf qu'il y en a peut-être un, qui n'est apparemment pas dangereux sauf si on en prend trop (ce qui est le cas de tous les médocs, non ?)
    25. On devrait rester confinés jusqu'à la disparition du virus mais il ne va disparaître que si on arrive à une immunité collective et donc à condition qu'il circule... et pour ça il faut qu'on ne soit plus confinés...

    Bref, tout est clair sauf que rien n'est clair, on nous parle d'un confinement de 15 jours puis peut-être de six mois, on lit et on entend tout et son contraire aux infos et sur les réseaux mais... il faut RESTER ZEN les amis, c'est nécessaire pour notre système immunitaire. Alors, allez dehors, respirez - si vous le pouvez - et contemplez l'éclosion du printemps...

    et surtout gardez votre sens de l'humour...

    Un dernier conseil, arrêtez de vouloir tout contrôler, vous l'aurez compris : ON NE CONTROLE RIEN, sauf son état d'esprit et son attitude : Keep calm and BE HAPPY (malgré tout) !!!

    (Source:LeWeb)

    Lien permanent 0 commentaire
  • POURQUOI ON NE LAVE PAS LES RUES À GENÈVE ?

    Imprimer

    Face au Coronavirus : Le monde entier lave les rues en permanence sauf Genève !

    Pourquoi?

    J'aimerais bien avoir une explication...

    il manque du matériel de nettoyage, de protection ou quoi d'autres?

    Peut-être des fonctionnaires de surfaces ?

    Mystère ?

     

     

     

    Lire la suite

    Lien permanent 0 commentaire
  • CORONAVIRUS : la nécessité d'un nouveau système de santé, économique, etc.

    Imprimer

    Nous avons en Suisse failli.

    Le Coronavirus a touché -en proportion- plus d'habitants que dans aucune région du monde.

    Pourquoi?

    Il aurait fallu  écouter Bruce Aylward, qui a fait une mission en Chine pour le compte de l’OMS, il est formel : de nouvelles caractéristiques sont en train d’émerger dans le système de santé pour endiguer la pandémie en Chine, ce qui d’une certaine manière influencera nos propres systèmes à l’avenir.

    Voici ce que l’on peut tirer de ses observations :

    1.- la vitesse est le facteur déterminant de toutes interventions

             Vite détecter (tous les gens doivent savoir),

             Vite isoler (rester chez soi),

             Vite identifier les autres personnes touchées (enquêtes),

             Vite traiter (créer un chemin de soin distinct).

    2.- la population est le premier maillon de la chaine de santé

             Informer (elle doit savoir quoi faire via des Apps)

             Observer (c’est elle qui doit signaler)

             Agir (éviter tout contact dès que le cas est déclaré)

    3.- Diminuer les contacts sociaux = distance sociale

             Pas de grand rassemblement

             Garder ses distances (2 mètres)

             Ne pas se toucher (ni les mains, ni le visage)

             Hygiène personnelle responsable (se laver les mains)

    4.- un seul canal de soin spécifique

              Pas de contact avec les autres canaux (urgence, médecin de famille, etc.) ...cela veut dire la mise en place d’un chemin médical distinct

              Seul peu de cas nécessite un traitement hospitalier

    5.- le « chez-soi » comme premier lieu de traitement

             Mise en quarantaine rapide

             Garder le contact médical avec les personnes malades

             Apporter sur place soins, vivres et médicaments

    6.- séparer physiquement les 4 groupes de la population suivants:

             Malade nécessitant une hospitalisation (hôpital)

             Malade en quarantaine (lieu d'isolement total = hébergement séparé)

             Personne ayant été au contact d'un malade (lieu d'isolement séparé)

             Population (à la maison)

    6.- un système d’information officiel et quotidien

             Mettre fin aux rumeurs et aux « fake news »

             Tenir au courant des progrès -chiffes réels

             Faciliter le savoir des gens

    7.- commander très tôt le matériel nécessaire

             Masques

             lits

             Ventilateurs

    C’est dons un système de santé très décentralisé, organisé en réseau à partir des gens eux-mêmes et de leur « chez-soi ».

    Un sytème fractal en somme.

    De cette crise une société, un sytème de santé et une économie nouvelle vont émerger.

    à lire aussi ici

     

    Lien permanent 0 commentaire
  • HORLOGERIE SUISSE : À L'ARRÊT !

    Imprimer

    Chaque mois, la Fédération horlogère suisse (FHS) publie les chiffres des exportations horlogères. Cela représente les montres qui partent à l'export et leurs valeurs (Sale-IN) et non, les ventes effectives des boutiques aux clients finaux /Sale-Out). 

    En conséquence, cela indique simplement comment le système de réapprovisionnement fonctionne.

    Donc par exemple aujourd'hui, la FHS a publié les résultats de février ... avec comme d'habitude un commentaire surréaliste "Début d’une baisse marquée" alors que tout le monde horloger est en arrêt de travail pour cause de coronavirus!

    les chiffres sont froids : -9,2% ...c'est tout... mais le commentaire est faux car le monde est sous l'emprise de la crise du coronavirus et donc personne n'achète presque plus de montres.

    Les comportements en temps de crise changent...le papier hygiénique est l'objet le plus recherché !!!

    Mais la fédération continue de vendre son optimisme "d'un autre temps" ... plus proche des "fake news". Cette dernière devrait vraiment faire attention de ne pas prendre ses désirs pour la réalité.

    Les changements de comportement des consommateurs sont tels que le client "averti", "conscient", "informé" et "connaisseur" est devenu la norme... 

    On ne peut plus vendre des "salades" aux clients....

    Lien permanent 0 commentaire
  • Horlogerie Suisse : Vers une année 2020 catastrophique

    Imprimer

    Avec le « coronavirus », Il n’y a plus de doute à avoir, 2020 sera marquer par un arrêt brutal des ventes des montres suisses en Asie et particulièrement en Chine, à Hong Kong, Singapour et au Japon. Les chinois ont arrêté de consommer chez eux et en voyage (en fait ils ne voyagent plus) !

    Le pays tout entier est en arrêt maladie.

    Les usines restent fermées ou tournent au ralenti. Les magasins sont fermés. Les gens ne voyagent plus. Bref, sans production ni consommation chinoise l’Asie est économiquement malade et ce n’est pas bon pour l’Horlogerie Suisse.

    Que faire ?

    Attendre ou bien profiter de ce moment pour se transformer ?

    Voici cinq idées pour nos stratèges horlogers en repos forcé.

    1. Verticaliser: Il faut absolument assurer le « supply chain » en rachetant les sous-traitants ou en diversifiant les sources d’approvisionnement. Ne jamais mettre tous les œufs dans le même panier. Mais un véritable plan de « supply chain » à la « chinoise » devrait ressembler à leur gigantesque plan « one belt, one road ». À savoir, construire les routes de l’approvisionnement les plus sûr possible.
    2. Road show : De préférence, monter son propre « road show » en parcourant le monde, région par région, plutôt que de participer aux grandes foires comme « Basel World ». L’avantage serait de créer une proximité plus grande tout en servant vos clients réguliers. Moins de transport : c’est bon pour la planète
    3. E-commerce : Aujourd’hui il n’y a plus d’autre choix que de développer le canal Internet. Pour la vente bien sûr mais pas seulement. Image, dialogue, communication et marketing doivent devenir UX (User eXperience) sur la toile. C’est encore souvent une toute nouvelle forme de communication pour l’horlogerie suisse. Il faut apprendre vite car « first take it all ».
    4. Smartwatches : Apple l’a démontré le futur passe par là et spécialement chez les jeunes consommateurs. La smartwatch est incontournable. Il faut acquérir ce savoir-faire, puis faire et enfin le faire savoir. On a quelques compétences en Suisse en la matière, lançons donc un plan national de survie.
    5. Innover par de nouvelles propositions de valeur : Ceci est peut-être la plus grande nouveauté. Il faut repenser la « proposition de valeur ». Durabilité, économie circulaire, IA transformationnel, etc. sont les nouvelles propositions sociétales auxquelles il faut rattacher l’horlogerie. Cette industrie ne peut pas continuer à vivre hors sol.
    Lien permanent 0 commentaire
  • Coronavirus : 2020 année noire pour l’horlogerie suisse ?

    Imprimer

    Après une année 2019 en demi-teinte : augmentation des ventes (+2,4 %) mais diminution des volumes (fort recul de la production de montres suisses : moins 3 millions de pièces … selon les statistiques de la fédération horlogère publiées aujourd'hui), on s’achemine vers une année 2020 beaucoup plus risquée.

    Pourquoi ?

    La crise du « coronavirus » ne fait que commencer, elle risque de durer au minimum 6 mois. Les ventes de produit de luxe vont s’effondrer en Asie. La haute horlogerie suisse sera aussi fortement impactée. En effet, le chinois est un grand acheteur de produits de luxe (il absorbe plus de 30% de nos exportations horlogères notamment en achat de tourisme) et si l’on compte toute l’Asie (Corée du Sud, Singapour, Japon, …) alors cela représente près de 60% de nos exportations. C’est énorme. Ce n’est une situation durable.

    L’industrie horlogère suisse compte beaucoup trop sur les pays asiatiques - non plus seulement comme « relais de croissance » mais comme débouché principal.

    La crise du « coronavirus » va ramener les entreprises suisses à reconsidérer leur stratégie. Et alors elles s'apercevront que seule la diversité est garante de croissance. Certes plus lente mais plus constante.

    La folie des belles années asiatiques (les deux premières décennies 2000) est derrière nous.

    Trois conséquences stratégiques, il faudrait :

    • revenir à des prix abordables notamment pour croître sur les autres marchés mondiaux.
    • chercher un levier de croissance dans le e-commerce
    • avoir une réponse suisse à la montre connectée qui est un objet de l’IoT (Internet of Things).

    Donc, revoir rapidement – à l’occasion de cette crise sanitaire – les stratégies de nos marques horlogères.

    La décennie s’annonce comme dangereuse pour qui ne sera s’adapter : les marchés changent et la technologie aussi.

    Remettre les choses à plat (et donc étudier les options) semble être la chose à faire.

    Lien permanent 0 commentaire
  • 2019: l'année où l'horlogerie suisse a produit le moins de montres depuis des lustres (35 ans)!

    Imprimer

    Avec environ 20 millions de montres fabriquées en 2019, l'horlogerie suisse a connu sa moins bonne année depuis des lustres.

    En 2000, elle en produisait encore près de 30 millions... mais depuis, c'est une lente érosion qui vient de s'accélérer dramatiquement.

    En novembre... le nombre de pièces total fabriqués a continué de fondre : -355'000 pièces (statistiques FHS).

    En cause, les montres connectées et la crise démocratique de Hong Kong (qui était le principal débouché).

    Bref, avec près de 3 millions de montres fabriquées en moins, 2019 marque un tournant : on a perdu la guerre de l'entrée de gamme. 

    Mais dans les montagnes, la baisse de la production va entraîner des difficultés économiques ...et donc moins de travail

    Il faut repenser complètement cette industrie qui désormais repose quasiment exclusivement sur le luxe.

    Car Produire et Vendre pour toutes les gammes de prix, ce n'est pas la même chose que de se concentrer sur le luxe!

    Il faut se faire une raison, la montre bon marché c'est fini... les années glorieuses de la SWATCH sont derrière nous !

    Lien permanent 0 commentaire