02/09/2015

Ces Suisses qui cartonnent sur IoT: DAVID MARCUS (3)

David Marcus a rejoint Facebook en août dernier. Cet entrepreneur genevois a créer plusieurs sociétés marquantes du NET:

D'abord GTN Telecom juste après son diplôme universitaire de Genève, puis Echovox rachetée par MBO et enfin Zong qui se fait racheter par Paypal en 2008, il en deviendra le CEO.

Il ne restera que quelques années au poste de dirigeant de la première banque de transaction financière en ligne au monde. Jusqu’à ce que cet été le fondateur de Facebook Mark Zuckerberg le contacte... pour diriger la nouvelle messagerie du plus grand réseau social au monde...

Ce suisse est définitivement très puissant...

 

Lire la suite

31/08/2015

Ces Suisses qui réussissent: Esther Dyson (2)

Femme d'affaires suisso-américaine, Esther Dyson est une figure importante des nouvelles technologies aux USA.

De mère mathématicienne et suisse, elle a grandi dans un environnement scientifique notamment en étant graduée de Harvard, Boston.

Elle a été tour à tour journaliste, entrepreneur start-up, investisseur et mentor ...  

La Suisse souvent ignore la valeur de ses "expats" ... ici c'est flagrant alors que le monde des "geek" américains la vénère, les suisses ne la connaissent même pas ... 

220px-Esther_Dyson-20050316.jpg

30/08/2015

INTERNET DES OBJETS: Ces SUISSES qui réussissent: 1er portrait: Yves Béhar

Né à Lausanne en 1967, Yves Béhar est à l’origine du design du bracelet Up de Jawbone, de la console Ouya mais surtout de la serrure connectée August qui cartonne aux USA et dont il est le co-fondateur et CCO (Chief Creative Officer). En plus de ses activités de design chez Jawbone, il est également le principal acteur de Fuseproject, une société de design thinking et de développement de marque basée à San Francisco et New-York, plusieurs fois récompensée.

Ce talentueux suisse est donc devenu petit à petit et au fur et à mesure de ses collaborations l’un des designers les plus respectés dans le domaine des objets connectés.

Sa serrure AUGUST SMART LOCK est devenue l'objet le plus prisé aux USA.

Designer Thinker vraiment à suivre...

yves-behar-3.jpg

28/08/2015

2015: sera l'année des montres connectées!

Après seulement un trimestre de vente (avril-mai-juin) ... l'Apple Watch est déjà la deuxième plus grande vente de montres connectées selon le cabinet IDC (voir le tableau ci-dessous).

Ainsi le leader Fitbit a livré 4,4 millions d'appareils en trois mois et contrôle 24,3 % du secteur. Le fabricant chinois Xiaomi en a écoulé 3,1 millions, pour une part de marché de 17,1 %. Samsung, cinquième derrière Garmin, est le seul du secteur à perdre du terrain en un an (-25 %). Et le sud-coréen Samsung subit la pression de Huawei et de Jawbone.

Ces chiffres ne concernent que les montres et bracelets connectés mais ils donnent une excellente idée sur le décollage impressionnant du secteur en 2015: pour la moitié de l'année déjà +223,2... on en est à 18,1 millions de montres vendus soit plus que tout l'industrie suisse pour la même période (env. 14 millions de montres suisses vendus)

C'est quand même une nouvelle incroyable car en 2015: "La montre connectée sera plus importante que la montre suisse en termes de volume ...

et en 2016 certainement aussi en terme de valeur!"

 

 

Apple Watch

 

 

25/08/2015

A quoi "joue" Hayek ?

Nick Hayek s’en prend à Apple?

Encore une fois, diriez-vous! Ce week-end, il qualifie la montre d'Apple de « jouet intéressant, mais pas une révolution » dans une interview donnée au "Tagi"!

Il y a quelque semaines, il avait déjà chercher à taquiner le géant de Cupertino en déposant la marque "One More Thing" alors que cette phrase est connue pour être la fameuse interjection de Steve jobs avant d'annoncer une nouveauté décoiffante...

Avant cela, Swatch avait déjà déposé "Tick Different" pour ennuyer Apple sur "Think Different" ... qui était son moto...

Bref, il semblerait que Nick Hayek cherche la confrontation juridique plus qu'économique!

En effet, depuis plusieurs mois il parle beaucoup aux médias mais ne livre pas vraiment sa fameuse montre connectée tant annoncée (à l'exception bien sûr de la petite Beach Volley Swatch qui semble elle ... être un véritable "jouet"). En multipliant les opérations de ce type contre une entreprise géante (Apple, c'est carrément une entreprise 20 fois plus grosse que Swatch et dont le bénéfice trimestriel est deux fois le chiffre annuel des affaires de celle-ci), on se demande vraiment ce qu'il cherche à faire. C'est vraiment inhabituel de la part d'un dirigeant suisse, ce d'autant plus que cela provient d'une grande entreprise coté au marché suisse et si importante pour l'horlogerie suisse.

La dynastie "Hayek" nous avait habitué aux attaques contre la BNS sur le Franc fort  ... ils s'en prenaient aux dirigeants de la BNS...mais c'était notre Banque Nationale... cela restait entre nous en quelque sorte... mais maintenant Apple!

Pourquoi?

La presse spécialisée anglophone, essentiellement sur Internet a proposé plusieurs explications.

Tour d'horizon: 

- chez MacWorld on pense qu'il "camoufle" son incapacité à sortir une véritable montre connectée rivale

- chez The Guardian on soulève plutôt le fait que Hayek ne semble pas croire à la montre connectée ... il pense par exemple que Tag Heuer avec le lancement de sa future montre "androïd" a fait une erreur ....

- chez DigiDay on apprécie guère le dépôt/plagiat sur "One More Thing"...

- chez...

- etc.

Reste la question: à quoi "joue" Nick Hayek ?

Donc d'après Internet... on pourrait supposer qu'il prépare le terrain pour dire que ce n'est pas de sa faute mais celle du grand méchant Apple ...

En fait ... une ritournelle que l'on connaît... c'est pas moi c'est l'autre...

 

24/08/2015

HORLOGERIE: La prochaine complication qui tue ... ou sauve!

En horlogerie une complication est une fonction autre que l'affichage de l'heure, des minutes et des secondes.

Ces fonctions peuvent être astronomiques (phase de la Lune, équation de temps, quantième perpétuel, heures du lever et du coucher du Soleil), pratiques (chronographe, grande sonnerie, répétition des minutes), techniques (date rapide, stop seconde) ou pour améliorer la précision de marche (à l'origine comme le tourbillon).

Les complications sont des modules ajoutés au mouvement de la montre. Une pièce dite compliquée induit également une notion de haut savoir-faire horloger qui s'exprime autant dans la manufacture du calibre que dans le degré de finition du modèle.

C'est souvent l'accumulation de mécanismes dans l'espace réduit d'un boitier qui complexifie les montres. Actuellement, la montre qui compte le plus de complications est le modèle "Aeternitas Mega 4" de Franck Muller, son mouvement, composé de 1483 pièces, totalise 36 complications contenues dans l'espace d'une montre-bracelet.

Mais aujourd'hui tout cela est dépassé par la montre connectée qui comme la Apple Watch va offrir des milliers de complications ou "apps".

C'est d'ailleurs là que se situe le véritable enjeu:

"the next killing application"... la prochaine complication qui tue !

....sera peut être la montre qui sauve la vie (voir l'homme sauvé par le capteur cardiaque de son Apple Watch)

 PS. Pour "sauver" l'industrie horlogère suisse les choses sont claires ... il faut maintenant trouver la complication (apps) qui tue ...

20/08/2015

Les exportations horlogères sont en net recul... les chiffres finissent par parler et la réponse tarde!

Très attendues ... les statistiques mensuelles de la Fédération Horlogère Suisse viennent d'être publiées: elles ne sont pas bonnes...globalement -9,3 sur un mois...

Certaines régions ou pays ont cédé beaucoup de terrain: la Chine s'effondre avec -39,6 et l'Asie en général suit la tendance négative comme par exemple, Hong Kong -29,8 et Corée du Sud -19,7.

Tout cela n'a pour l'instant que très peu à voir avec la montée en puissance des montres connectées car on ne verra l'impact des chiffres que lors de la saison commerciale de fin de l'année...

Ici c'est juste le ralentissement économique et les changements de comportements asiatiques (notamment induits par le gouvernement chinois) qui sont pour l'instant enregistrés... il faut bien comprendre que dans cette industrie, il y a un décalage d'au moins six mois entre une transformation des marchés et la réalité des exportations horlogères suisses...

Mais attention...lorsque le changement de cap est atteint.. alors l'industrie a tendance à freiner des deux pieds et cela peu faire mal...

C'est pourquoi... il y a urgence... d'avoir une réponse "Made in Switzerland" à la transformation digitale des industries manufacturières ... mais où est donc notre prochain Elmar Mock (co-inventeur de la Swatch)?

16/08/2015

les bracelets connectés donnent aussi l'heure!

Les bracelets connectés (qui mesurent essentiellement les activités sportives et physiques, donnent aussi l'heure) sont les objets les plus populaires parmi les objets connectés à Internet et l'évolution des ventes est aussi un indicateur de l'intérêt du public pour l'Internet des objets. Les cabinets d'études Canalys et 1010data annoncent que leur volume a dépassé les 7 millions d'unités sur le premier trimestre 2015, soit 150% de croissance par rapport à la même période en 2014.

C'est l'américain Fitbit qui est le leader incontesté du secteur en termes de bracelets vendus (avec 35% en volume mais pas en valeur, on verra plus loin qui est le roi des revenus) une belle progression de ses ventes d'une année sur l'autre malgré l'arrivée d'Apple Watch en avril.

A noter le fabricant Xiaomi a fait fureur en Chine et talonne désormais les leader Fitbit et Apple en termes de volume.

Mais maintenant si l'on regarde tout cela en terme de chiffres d'affaires et que l'on crée une seule catégorie pour les bracelets et les montres connectées, alors là... grosse surprise:

Apple Watch avec 42% du marché (en valeur pas en volume) est en tête, suivi de Fitbit 31% et ensuite Motorola, Garmin, Jawbone, Polar, Pebble et Samsung ensemble font environ 15%.

Pour les horlogers suisses: les jeux semblent être faits!

Car aucun d'entre eux n'est dans ce classement... ni en volume ni en valeur!

 

11/08/2015

APPLE WATCH fait chuter les ventes des montres traditionnelles...

Malgré des ventes jugées par certains décevantes (surtout par les observateurs suisses), l’Apple Watch n’est ni passée totalement inaperçue (grâce à un marketing très agressif) ni fut vraiment un "flop" commercial depuis sa sortie en avril dernier (env. 2 millions de vente aux USA).

Une étude toute récente du leader mondial des études de marchés (NPD Group) montre ainsi que sur le seul marché américain, les montres d’Apple ont eu un impact considérable sur le marché de la montre à quartz ou mécanique.

Sur le seul mois de juin, premier mois de vraie disponibilité des chiffres de l’Apple Watch aux USA, les ventes de montres traditionnelles ont lourdement chuté (moins 14% pour le nombre de montres) ce qui est tout de même la baisse la plus conséquente de ce secteur depuis 2008, année de la crise financière.  

Il s’est écoulé très exactement 927'000 montres traditionnelles pour une valeur de 375 millions de dollars (ce qui donne une chute de 11% en valeur).

La tranche de prix à moins de 1'000 dollars a le plus souffert, ce qui correspond assez bien au positionnement des prix de l’Apple Watch.

Pour les montres dont le prix est compris entre 100 et 150 dollars, la baisse est encore plus sérieuse. Les marques touchées de plein fouet par ce recul du marché sont principalement Timex, Burberry et Tissot, soit là encore des fabricants qui se situent au coeur de la cible de l'entreprise californienne.

Il est bien sûr toujours possible d’invoquer le « hasard » pour justifier une telle baisse, mais la coïncidence avec le lancement de l’Apple Watch ne semble guère laisser de doutes.

Et dire qu’il ne s'agit que du mois de juin et que du marché américain !  

Pour une montre souvent décrite comme étant un échec commercial... pas mal tout de même!

Avec environ 2 millions d’unités vendues … Apple fait déjà très mal ... sur sol américain... alors imaginez la suite... 

Mais attendons d'abord les fêtes de fin d'année et la grande saison commerciale avant d'analyser plus amplement les conséquences... qui risquent cependant - à la lumière de ces premiers chiffres -  d'être quand même dures pour l'industrie horlogère suisse ! 

04/08/2015

Ni Swatch, ni Rolex, ni les autres ... ne semblent véritablement comprendre l'enjeu!

De la "Nouvelle Crise Horlogère", il faut saisir qu'il s'agit en fait de la capacité industrielle à créer le calibre du futur qui ne sera ni mécanique ...ni électronique (à quartz) mais purement logiciel sous la forme d'un système d'exploitation (ou OS en anglais).

Androïd de Google, Watch OS d'Apple, Tizen de Samsung, etc. voilà les mouvements horlogers du 21ème siècle.  

Certes, il offrent plus que l'heure ...et c'est justement pour cela qu'il faut être capable de maîtriser les complications de demain qui vont sans aucun doute se dériver à l'infini... déjà plus de mille pour l'Apple Watch... mais demain on les comptera par millions un peu comme aujourd'hui sur les smartphones...

Donc le point essentiel à comprendre, c'est qu'il sera nécessaire pour tout industriel horloger qui voudra exister encore demain de bien maîtriser les "Operating Systems", seuls véritables mouvements de la montre connectée.

En effet, on ne peut pas imaginer être un acteur industriel qui compte si l'on est un simple sous-traitant de Google ... comme Tag Heuer semble vouloir le faire...

Messieurs les Horlogers Suisses, vous devez absolument maîtriser votre avenir et cela passe par la programmation d'un OS Swiss Made.

Point à la ligne.

31/07/2015

SWATCH: une montre connectée sans modèle économique!

La nouvelle SWATCH, au nom évocateur de "Touch Zero One", sera vendue 135 CHF !... c'est moins cher que le bracelet "Milanese"de chez Apple Watch!

Alors se pose la question: quel modèle économique poursuit véritablement Nick Hayek?

En effet, si l'on sait par exemple qu'Apple produit en Chine ses bracelets pour moins de 2 dollars et les vend 140 dollars... on voit clairement leurs marges... mais une montre connectée vendue à 135 CHF et fabriquée en Suisse... on se demande s'il reste des marges... bref où est donc le modèle économique?

Ce n'est pas anodin comme question ... car les coûts de marketing sont très important dans la branche (y compris pour le Beach Volley que soutient SWATCH)... et donc il faut avoir des marges conséquentes dans cette industrie pour survivre... ce que les horlogers indépendants savent bien...eux qui ont aujourd'hui tellement de peine à vivre.

29/07/2015

La ROLEX est attaquée sur son propre terrain...de golf!

Rolex est parmi les principaux sponsors des tournois de golf dans le monde... avec par ailleurs Oméga (autre marque de montres suisses)... et pourtant aujourd'hui les golfeurs dans leur large majorité portent en jouant une autre montre:

 

           la "Garmin Golf Approach"

 

C'est une montre connectée, avec GPS inclu, qui permet lorsque vous jouez au golf de savoir, avec grande précision, la distance qui vous sépare du prochain trou.

La montre connectée a accès à plus de 40'000 terrains de golf dans le monde et vous fourni l'image de ceux-ci, fairway par fairway, green par green, trou après trou... bref extra ...pour un golfeur car l'heure, les minutes et les secondes sont offertes avec...

Rolex et les montres mécaniques suisses sont désormais absentent des terrains ... sauf en pub (sur les murs).

C'est un bon exemple de comment non seulement l'horlogerie suisse a raté un virage technologique mais aussi pourquoi probablement elle va connaître des temps difficiles! 

Unknown.jpeg