11/07/2014

Après le "BABY BOOM" voilà le "MIDDLE CLASS BOOM"

Lors de ces 20 prochaines années, plus de 2 milliards de terriens vont entrer dans la classe moyenne selon une toute récente étude publiée par Stefen Heck et Matt Rogers, deux chercheurs de chez McKinzey (1).

Lire la suite

07/07/2014

IWATCH: La guerre "des poignets" aura bien lieu...

Jean-Claude Biver, légende vivante de la haute horlogerie, à la tête de la division Montres de LVMH, vient de confirmer à CNBC qu'Apple avait débauché Patrick Pruniaux, le responsable des ventes et boutiques de TAG Heuer.

Lire la suite

29/06/2014

Ces Algorithmes qui nous gouvernent

Plusieurs événements provoqués par l’usage d’algorithmes puissants sont à la source d’un malaise planétaire. Que se soient les pratiques de « data mining » de la NSA, des différents « flash krach » de Wall Street ou encore de la « Google Car » entièrement conduite par des algorithmes ! L’avenir tout programmé fait peur. Petit tour d’horizon.

algo

Lire la suite

27/05/2014

BLOGS: entre notoriété et impact

Dans le monde virtuel d'Internet comme dans la vie réelle seul le trafic compte: nombre de vues ou de visiteurs (notoriété) et bien sûr impact du trafic (influence). C'est pour cela que les gens font des blogs. Etre lu et si possible avoir de l'effet. 

Lire la suite

22/05/2014

Le Grand Genève n'existe pas!

L'idée du Grand Genève est avant tout une pure construction politique qui n'a jamais rencontré son électorat. Et pour cause...c'est pas du tout inscrit dans notre histoire.

Explication.

Lire la suite

11/05/2014

Aux caractères mobiles

La quête du tout mobile ne date pas d'hier... Cela poursuit l'humanité, au moins depuis l'invention de l'histoire...un joli poème de Jean-Luc Babel, notre grand écrivain genevois pour ceux qui l'ignore encore, nous fait rêver à l'apport de Gutenberg en la matière...à déguster (en soupe)...

Lire la suite

04/05/2014

Un bien curieux anniversaire: de la poche au poignet!

Cent ans que la montre a massivement quitté la poche pour le poignet... c'était la première guerre mondiale... il fallait libérer les gestes du soldat en lui donnant l'heure facilement.

Lire la suite

06/04/2014

Main + Machine = Manufacture

L’enjeu industriel pour la Suisse est comme tout le monde le sait:   – la haute valeur ajoutée –. Et cela est tout particulièrement vrai pour l’horlogerie, la machine-outil ou le medtech.

Mais autour de quoi va évoluer la notion de – valeur ajoutée – demain ?

Est-ce que ce sera la fonction finale du produit ou la manière de le fabriquer ?

Est-ce que ce sera donner l’heure ou fabriquer un mouvement porté au poignet ?

Est-ce que  ce sera  être connecté – ou – donner de la qualité par la différence du «fait main» ou du «façonner main» ?

Lire la suite

30/03/2014

Changement d'heure: seule ma montre n'était pas à l'heure d'été!

Tout le monde pense aujourd’hui que pouvoir brancher des objets intelligents, c’est-à-dire des objets qui ont un processeur donc une capacité de traitement des algorithmes comme les « Smartphones » va servir l’homme : pas si sûr !

Démonstration.

Lire la suite

23/03/2014

Selon Biver: la montre d'Apple sera forcément suisse* - faux !

Samsung, Google ou Apple n'ont absolument pas besoin des suisses car ils ne vont pas produire de véritables montres...

Démonstration.

Lire la suite

24/02/2014

« Conversation piece »

Dans la seconde moitié du XVIIIème siècle, celui des Lumières, des philosophes et des horlogers français sont venus s’installer entre le Jura et le Léman pour s’abriter de la fureur du Roi de France. Grâce à la liberté retrouvée, certains artisans horlogers commencèrent à fabriquer des pièces dites « de conversation » très libertines.

Ainsi, entre un regain de liberté et un processus libertaire, il se créa un espace nouveau dépassant les valeurs conventionnelles et aspirant aux changements parfois provoquants. Ce genre inédit entre dans les mœurs et fait ce que l’on appellerait aujourd’hui un « buzz ».

On fabriqua des montres à caractère érotique. L’engouement pour ces mécaniques horlogères favorisa l’apparition de pièces peintes ou animées montrant des poses coquines et suggestives qui faisaient fi des interdits moraux de l’église catholique et du pouvoir aristocratique; on dirait aujourd’hui du « political correct ».

Même le clergé réformé genevois va faire la chasse à ces objets subversifs et sulfureux et les interdira dès 1817 mais il est déjà bien trop tard. Le genre est lancé et stimulera la conversation.

Se situant en dehors du champ rationnel (un peu à la Voltaire) et émotionnel (à la Rousseau), la « conversation transformationnelle » a comme finalité l’expression du changement, de la transformation en cours et donc provoque la conversation voire le débat.

Aujourd’hui deux siècles plus tard, l’industrie horlogère entame une phase par bien des points similaire à cette époque lointaine. En effet, la montre ne sert plus tant à indiquer l’heure (rationnel) puisque celle-ci nous est donnée en temps réel, en tout lieu sur notre Smartphone, ni même émotionnel ou naturel puisque d’autres objets de luxe comme la voiture de prestige, les voyages d’exception, le golf ou l’équitation ont pris le relais de l’imaginaire du monde du luxe.

Reste alors le transformationnel. Cette idée que le changement est devenu la mesure permanente de notre temps. Pour l’accepter et pour le montrer je vais l’afficher par exemple en portant une Sistem51 de Swatch et ceci pas par émotion ni même par rationalité mais pour entamer la conversation. Une conversation qui porte sur ma capacité d’adaptation aux temps modernes et à sa transformation implicite…

C’est beaucoup moins érotique mais tout aussi efficace.

Lire la suite

26/01/2014

« Big Data, Big Deal »

La révélation des agissements de la NSA par Edward Snowden a choqué le monde entier y compris la Silicon Valley qui s’est soudainement réveillée totalement traumatisée. L’esprit libre voir libertaire des débuts de la vallée avec HP, Apple, et tant d’autres de l’ère des chips, des computers et surtout d’Internet a été stoppé d’un seul coup. Tous complices des « Big Data » donc de la « Big Surveillance » semble dire l’opinion publique… Dur, dur.    Le "Big Data" c'est transformé en "Big Deal", en grosse affaire en quelque sorte...

 

images.jpg

 Les révélations divulguées au compte goutte dans les médias montrent bel et bien que les start-ups historiques du digital ont été des parties prenantes de cette immense chasse aux données.

Terrible constat pour nous mais aussi pour elles.

Sur le fond et la forme, les anciennes « start-ups » californiennes ont trahi leur image « cool ». Non seulement, elles ont permis d’enrichir quelques uns avec le travail de tous, souvenez-vous de la polémique autour de Zuckerberg et des « amis » du réseau Facebook mais de plus, elles nous espionnent …on le sait maintenant … pour notre bien… désormais, on peut en douter. Notre liberté semble quand même bien entamée maintenant. Il va falloir ruser. C’est stressant. Pour l’ambiance à la Silicon Valley c’est semble-t-il fini…les utopies libertaires semblent lointaines la liberté aussi

Les « Big Data » auraient dû nous permettre de mieux comprendre les comportements, les maladies, les événements, etc…par exemple cela semblait être très prometteur pour suivre le développement des épidémies ou de manière plus personnalisée, le suivi des maladies graves comme le cancer.

Patatras !

Après les révélations sur les pratiques de la NSA, récemment encore largement soutenues par Obama, qui veut encore entendre parler de « Big Data » de « Data Mining » ou d’autres techniques révolutionnaires d’extraction de données.

Ce recul des opinions publiques sur l’évolution de l’industrie du digital va affecter pour longtemps et peut être pour toujours la Silicon Valley. On va ainsi assister à la fin d’un modèle tant admiré il n’y a pas si longtemps. Adieu l’esprit pionnier, le temps des « start-ups » et bien fini. Vive le management froid.

Heureusement que l’on n’a jamais vraiment su ou pu appliquer ce modèle américain en Suisse comme l’a démontré Avenir Suisse dans une étude récente       (http://www.avenir-suisse.ch/fr/32059/la-sante-de-linnovat...).

Dans notre pays, nous avons choisi la Santé pour nous développer…c’est plus sain…

En espérant toutefois que Google et son laboratoire top secret X ne soit pas capable de venir affronter nos géants de la pharma, du medtech, de la biotech, de la bio-informatique, de l’hygiène, de la médecine ou de la nutrition…