07/03/2015

Salon de l'auto et Cointrin: la saturation pour toujours!

La saturation est l'action de saturer, c'est-à-dire de combiner, mélanger ou dissoudre jusqu'à ce qu'il soit impossible d'en ajouter plus (selon wikipédia) et bien c'est exactement ce qui arrive aujourd'hui à Cointrin: n'en ajouter plus, cela coince de toute part.

Le salon de l'auto, L'aéroport, IKEA, etc...les voitures s'entassent de plus en plus dans un espace extraordinairement réduit. Plus moyen de circuler! Cela crée des embouteillages monstres et des pannes à répétition.

La saturation est telle que même lors de journées normales cela bouchonnent dès 16h.

Ce week-end de salon de l'automobile cela va juste être une fois de plus dément.

La saturation gagne aussi l'aéroport!

Rappelez-vous les pannes de février qui ont alors touchés l'organisation même de l'aéroport.

Souvenez-vous, tout c'est passé lors d'une des journées de très grande affluence et c'est justement pour cela qu'elles se sont produites. Plus une chose est saturée, plus le risque de pannes augmente. C'est bien connu.

L'autoroute de contournement et l'aéroport sont dans le même bain!

En mars 2008, j'avais -dans un blog de la Tribune- déjà attiré l'attention sur ce type de risque... en situant les problèmes lorsque l'aéroport atteindrait les 15 millions de passagers vers 2014/2015... On y est... et cela n'a pas manqué... la saturation est là....

Ce qui est étonnant c'est qu'à l'époque, les autorités de l'aéroport m'avait expliqué que Gatwick (qui possède aussi une seule piste d'envol) pouvait accueillir près de 30 millions de passagers et qu'il ne fallait pas s'en inquiéter...pour notre aéroport !

Sauf qu'entre temps, j'ai vu Gatwick ... et devinez quoi?

Il y a en fait deux aérogares à Gatwick ...un de chaque côté de la piste...c'est évidemment tout autre chose... car il y a deux entrées distinctes pour le traffic automobile, les parking et donc les passagers qui vont dans deux grands halls différents... bref rien à voir... car seule la piste est partagée...

En conséquence: les pannes de ce week end ne sont que l'avant goût de ce qui nous attend désormais ... un aéroport saturé!

Sauf si évidemment on construit un second aérogare à Meyrin (en face de l'actuel)...et aussi une traversé de la rade à la hauteur du Vengeron (mais ceci est une autre question)....

01/03/2015

SAMEDI: (re)bouchons en France!

Comme la semaine dernière, les autoroutes de Lyon à Genève, de Lyon à Grenoble et de Lyon à Chambéry se donnent en spectacle.

Et les bouchons semblent être plus longs encore!

Pourquoi?

Parce que dans les stations de ski les forfaits de location à la semaine vont de Samedi à Samedi...donc tout le monde se précipite le Samedi sur les autoroutes et les routes allant aux Alpes...

Totalement ridicule...

Il suffirait que la moitié des forfaits commence seulement le dimanche pour tout régler!!!

En effet, si la moitié des forfaits allait du Samedi au Samedi et l'autre du Dimanche au Dimanche, on aurait plus que la moitié des automobilistes sur les routes et ceci pour le Samedi comme pour le Dimanche...et en conséquence aucun bouchon...

Alors pourquoi...personne n'a proposé cette solution?

Simplement, parce qu'apparemment personne n'y a pensé!

Cela me rappelle, la proposition qu'un ami architecte m'avait évoqué pour la première fois en 2006 à propos des bouchons quotidiens sur le contour autoroutier de Lausanne. (j'avais exprimé cette proposition dans un blog de la Tribune en 2008 )

J'avais donc évoqué, il y a près de dix ans déjà, que c'était juste une question de peinture...car il suffisait de peindre une troisième voie sur l'autoroute existante, pour avoir une 3ème voie disponible ...c'est ce qu'ils ont fait 3-4 ou 5 ans plus tard...

Donc dans quelques années, je vous promets, on va arriver à ma solution de location différenciée des Samedi et des Dimanche telle que je viens de l'exposer ci-dessus...

Pari tenu?

18/02/2015

Contre le Franc Fort: une méthodologie de croissance pour entrepreneur

Introduction :

Dans un environnement entrepreneurial extraordinairement changeant, les anciennes méthodes doivent être (ré)évaluées : On ne parle désormais plus de données mais d’algorithmes, plus de gestion à court, moyen ou long terme mais en temps réel. Voilà le nouveau paradigme la vitesse de réaction en temps réel. Il faut penser désormais comment ?

Présenter de nouveaux outils dynamiques pour faire croître le chiffre d’affaire (volume) et des bénéfices (marge) tel est le propos de cette méthode.

Notre proposition est à la fois théorique et pratique. Ci-dessous vous avez une très courte description de la méthode.

Hypothèses :

Dès lors que les acheteurs sont des « parties prenantes » (stakeholders) de l’économie productrice et marchande alors ils participent aussi au développement de l’avenir de l’entreprise notamment en termes de volume (croissance du chiffre d’affaire) et de marge (croissance du bénéfice).

Cette nouvelle dimension est en quelque sorte un prolongement du concept de « leviers de croissance » bien connu des entrepreneurs mais faisant participer le client à l’aide des nouvelles technologies.

Il s’agit bien de mettre en œuvre une stratégie totalement nouvelle faisant appel aux clients comme moteur de croissance. Ainsi en introduisant l’intervention des clients, devenu des consommActeurs, on fabrique un tout nouvel environnement pour le développement des affaires.

Il s’agit par conséquent de maîtriser deux aspects fondamentaux à savoir une action combinée entre deux tensions :

1.- La Croissance des Volumes 2.- La Croissance des Marges

On reconnaît ici les changements économiques contemporains induits par le

« Customer Empowerment » d’Internet mais aussi des Smartphones et demain des Objets Connectés. La représentation classique des méthodes de gestion, de business modèle, de distribution, d’innovation, de promotion et de production, etc. devront changer drastiquement.

La représentation nouvelle (voir schéma ci-dessous) est une transformation radicale de la manière de faire des affaires.

 

Représentation (canevas en forme de diamant):

canevas.png

 

Explications :

1.- Entre Marge et Volume : tout se joue dans cette recherche d’équilibre entre marge et de volume d’affaires. Cette tension est représentée par le « canevas en forme de diamant » ci-dessus. En détaillant les composantes du diamant, on découvrira de nouvelles manières de faire des affaires dans un environnement fortement technologique et compétitif.

2.- Productivité : Augmenter la productivité du travail avec un usage approfondi des algorithmes, des « apps » mobiles et autres services ou plateformes sur Internet doit être repensée entièrement notamment par un nouvel usage des réseaux sociaux ou de l’Internet des Objets. UBER, AirBnB, Lending Club, etc. ont par exemple, montrés des chemins totalement nouveaux qui montrent un puissant effet sur la productivité et donc sur les marges.

3.- Prix élevés – coûts réduits : Reprendre la gamme des prix et faire tomber les coûts peuvent aussi être revisités par les nouvelles technologies ou les nouvelles pratiques. En effet, ce n’est seulement pas qu’une question de technologie mais souvent d’organisation et de positionnement qui permet d’affiner les coûts et d’augmenter les prix de vente.

4.- Production : C’est le cœur de toute entreprise. La production subira aussi l’évolution vers la connectique, à savoir que tout produit ou service restera à l’avenir lié à l’appareil de production. (cf. livre Manufacture, éditions g d’encre)

5.- Innovation : Au-delà de l’innovation de rupture se profile une innovation de type algorithmique qui favorise le développement « soft » au « hard ». Il suffit de regardez l’évolution de la montre mécanique vers la montre connectée pour en voir les effets.

6.- Ecosystème : Désormais, on fonctionne plus en « écosystème » qu’en cluster. C’est à dire dans des environnements nettement plus élargis. Des alliances entre les grands de la Pharma et des ICT ont par exemple été amorcées. Le jeu a changé. C’est autant la recherche de compétences diverses que pointues qui compteront à l’avenir. Un passage en transition difficile pour tout le monde.

7.- Promotion : Ici encore tout est à repenser encore. C’est peut être même le poste le plus important à revoir entièrement. Le client a changé, sa fonction dans la chaine de valeur aussi. Désormais produire-promouvoir et productivité ne font plus qu’un dans une « histoire » à raconter encore et encore. Au centre le

« Branding » et tout les aspects du « Storytelling » moderne portés par les nouvelles technologies de communication.

Conclusion : Si l’environnement change et bien les entreprises aussi. Aujourd’hui avec les nouvelles technologies émergentes, l’entreprise est en risque plus que jamais. Regardez les taxis, les hôtels, les voyagistes, le commerce, les banques, l’horlogerie, etc. rien n’est vraiment épargné. Vous non plus.

Pour en apprendre davantage...participez à des CréAteliers Exclusifs...

05/01/2015

Logitech + Swatch = Internet des Objets

Pourquoi Swatch n'a t'il pas fait alliance - pour sa montre connectée - avec l'autre entreprise romande Logitech qui avec "Harmony" détient un système extrêmement performant de contrôle domotique de la maison... entre autre ce système maîtrise le son, la lumière, la chaleur et la nourriture à travers des objets connectés comme la radio, la TV, les LED, le thermostat, les portes, la cuisinière et le frigo, etc.?

La réponse est simple.

Parce que personne n'y a tout simplement pas pensé...car ils ne regardent pas dans la même direction...

Cela paraît invraisemblable et pourtant c'est vrai..

Deux entreprises suisses ne se sont pas alliées pour saisir une opportunité unique de savoir-faire combiné exceptionnel!

L'une rêve fermement à l'Internet des Objets et investit largement en recherche dans le domaine...l'autre hésite encore car les dirigeants n'ont pas vraiment compris ce qui se passe aujourd'hui dans le monde de la technologie...notamment la révolution par les algorithmes.

C'est dommage ... il y avait moyen de faire mieux que les américains en restant purement suisse...

Peut être la prochaine fois avec le "fintech"... pour autant que les banquiers suisses savent de quoi il en retourne...

31/12/2014

Notre ADN (III)... îlot de cherté ou modèle de cherté ?

La Suisse est connue pour être "un îlot de cherté"... Tout le monde s'en plaint... Mais est-ce bien là le problème?... car on pourrait tout aussi bien considérer que justement la "cherté" est "notre modèle".

Lire la suite

16/12/2014

Notre ADN Régionale (II)

Aucune région ne peut être réduite à une vision unique...les régions sont multiples par essence ... soit par la réalité de la composition sociale, soit par l'économie diversifiée du territoire ou encore par les éléments culturels, historiques voir religieux qui la composent.

Ainsi lorsque je propose dans mon blog précédent un ADN horloger basé sur les "complications", sortes d'algorithmes matérialisés dans des rouages...il est bien clair - dans mon esprit- que cela n'est qu'une composante d'un tout plus vaste, donc composé de plusieurs facettes (ou hélices si l'on veut conserver l'analogie de l'ADN)...et c'est justement pour cela que je vais numéroter de I à V les cinq principales composantes de notre ADN local (à suivre).

Donc pour l'instant, voici notre seconde ligne de force.

On pourrait lui donner le nom de "Santé@Large" ou autrement dit Santé au sens large... j'ai déjà plusieurs fois montré dans des blogs précédents qu'une caractéristique importante de notre région était la forte capacité d'innovation de la région lémanique dans le domaine de la santé... 

Au contraire de ce que l'on entend souvent au niveau politique ou médiatique... je ne pense pas que se soit une sorte de Bio Valley ou de Health Valley qui nous caractérise vraiment... mais plutôt une propriété de l'écosystème de la Santé beaucoup plus large car les deux acteurs les plus importants ou les plus uniques globalement sont: l'OMS et Nestlé.

D'abord l'OMS qui participe activement à la "soft gouvernance" de la Santé Globale depuis Genève en donnant ainsi un souffle tout à fait spécifique à la région.

Ensuite Nestlé dont les dépenses en R&D (notamment pour la recherche alimentaire qui est comme chacun le sait le premier des médicaments) sont de l'ordre de 1,5 milliards (la moitié en Suisse notamment à travers le centre de recherche de Vers-chez-les-Blancs et de celui de l'EPFL).

Ces deux institutions (OMS et Nestlé) marquent ainsi le territoire.

Accompagnées des hôpitaux cantonaux, des Universités et de l'EPFL (avec notamment son projet européen sur le cerveau), des entreprises pharma et medtech, des start-ups et des hôpitaux privés ...on voit se dessiner une réalité très importante et somme toute ... unique au niveau mondial...

Ceci décrit notre seconde ADN.

14/12/2014

Notre ADN Régionale (I)

En marketing...on parle d'ADN pour désigner ce que l'on est vraiment, ce que l'on représente de manière authentique...

...et bien ...pour une grande partie de nos territoires... de Genève à Bâle : notre spécialité mondiale c'est la montre...

En fait...plus que les "gardes temps"... notre passion ce sont les complications... et donc, on pourrait dire que les complications sont notre ADN

De quoi s'agit-il?

Une complication désigne dans le monde horloger toutes fonctions autre que l'indication de l'heure, de la minute et de la seconde et ceci quel que soit le mode manuel ou automatique de remontage d'une montre, de sa force motrice mécanique ou électrique et de l'épaisseur de son mécanisme

Tout cela ressemble à la matérialisation (hard) de la définition de l'algorithme (soft). En quelque sorte les complications sont des enchevêtrements de rouages, sorte de procédures algorithmiques marquant par exemple, les phases lunaires sur une montre... en fait ce serait comme de faire une "app", un codage ou un algorithme pour une "smartwatch"... le tour est joué... notre histoire c'est l'encodage matérialisé...

et donc autrement dit: notre ADN ce sont les algorithmes!!!

Ceci est une vraie découverte.

PS. définition: Un algorithme est une suite finie et non ambiguë d’opérations ou d'instructions permettant de performer une fonction.

03/12/2014

HEALTH VALLEY versus HEALTH@LARGE

Depuis quelques temps, le terme de "Health Valley" est employé par des personnalités importantes de la région comme Patrick Aebischer (EPFL) ou Bertrand Levrat (HUG)...ils pensent ainsi mettre en évidence un point fort de la métropole Lémanique... Mais est-ce bien correct? Est-ce que cela correspond vraiment à quelque chose?

Pour que la région soit spécifiquement orientée vers le domaine de la santé il faudrait au moins que les statistiques de l'emploi et/ou ceux de la R&D le montrent ... mais il en est rien...

En effet, si l'on regarde les statistiques sur l'emploi dans le domaine de la santé qui viennent d'être publiées par l'entité officielle "Métropole Lémanique" ... on découvre (mémento statistiques, déc. 2014, page 26) que le domaine de la santé occupe 78'548 personnes sur l'arc lémanique ... ce qui ramené à la proportion suisse donne un taux de 15,9% tout à fait comparable à la proportion des habitants de la région par rapport à ceux de la Suisse (qui se situe à 14,9%)... donc rien de particulier à signaler!!!

D'autre part, si l'on regarde maintenant les dépenses en innovation (R&D en Suisse, economiesuisse et ofs, nov. 2014, page 20) dans ce domaine alors les chiffres sont nettement moins bons ... puisque la part de la métropole lémanique ne représente plus que 13% du pays... soit nettement moins que son poids démographique... donc vraiment rien à signaler... on fait moins bien que le reste de la Suisse dans ce domaine...

Alors pourquoi des personnalités aussi éminentes parlent-elles comme cela dans le vide?

La raison est simple.

Elles sentent intuitivement que notre région présente une particularité dans le domaine ... mais elles se trompent dans l'interprétation de leur impression...

Ce qui caractérise vraiment notre région dans ce domaine... c'est trois choses uniques:

1.- l'OMS ... personne n'a dans le monde une telle organisation de la gouvernance globale de la santé

2.- Nestlé ... avec une recherche très importante (1,6 mia) dans le domaine de la nutrition et de la santé Nestlé est le plus grand acteur au monde dans ce domaine particulier de la santé (et une grande partie de cette recherche se trouve dans le canton de Vaud)

3.- @Large ... sur le territoire se côtoie toutes sortes d'acteurs économiques... cela va de l'hygiène aux colorants alimentaires, du med tech à la bio tech, de la chimie à la pharma, du eHealth à la nutrition, etc... cette unique configuration que je nomme Health@Large est la principale caractéristique de notre région si l'on se compare par exemple à la ville de Bâle centrée sur l'industrie de la pharma et de la chimie.

Maintenant que cela est énoncé en ces termes cela saute aux yeux...

.... nous sommes la Métropole du "HEALTH@LARGE" 


PS: évidemment sans le géant Nestlé et le rôle mondial de l'OMS, notre région n'aurait aucune spécificité particulière...


28/11/2014

L'Homme Augmenté (V)

L'idée ultime du projet de "l'homme augmenté" c'est bien sûr celui de la vie "prolongée".

C'est donc bien une quête qui vise à remplacer l'homme par l'homme, en quelque sorte dans sa forme "prolongé" en capacités physiques qui de faite aurait des conséquences surtout temporelles. C'est donc un projet très éloigné de celui porté habituellement par la science fiction à savoir celui fait de robots ou de "martiens" envahisseurs missionner pour nous remplacer.

Non ici, c'est l'homme qui se succède à lui-même ...certes en ayant subi quelques changements d'importance.

On l'a bien vu dans les blogs précédents: les différentes parties du corps sont remplaçables telles des pièces détachées d'une mécanique bien huilée.

Sauf qu'il reste un élément central difficile à greffer: le cerveau!

Là, la stratégie va être différente: on va externaliser le cerveau pour "l'augmenter" notamment par l'usage d'Internet ou tout autres dispositifs connectés (y compris la SmartWatch) dans ce que deviendra le réseau des réseaux lorsque tous les objets, toutes les machines, tous les systèmes et toutes les intelligences artificielles seront connectés entre eux via 

"l'Internet des Objets"

Ce nouveau réseau permettra d'externaliser le cerveau à travers ce que l'on nomme des "Bots", des "Apps" ou des Algorithmes qui ensemble travailleront à l'extension de nos capacités intellectuelles tout en se baladant dans le réseau des réseaux... alors cet ensemble de connexions nous offrira cette extension tellement désirée: celle de la vie virtuellement prolongée...

Lire la suite

26/11/2014

L'Homme Augmenté (IV)

Colas Suisse teste à Genève un «robot collaboratif» sur un chantier.

Ce marché est promis à un bel avenir.

images-2.jpeg

Lire la suite

25/11/2014

L'Homme Augmenté (III)

images.jpeg

Lorsqu'il s'agit d'audition ... 

il semblerait que l'acceptation du concept de "l'Homme Augmenté" ne pose aucun problème...

curieux...pas tant que cela...

En effet, quelle est la principale différence avec par exemple une augmentation de la force musculaire ou de la mobilité?

Eh oui... ce n'est pas naturel d'être trop fort... par contre, si l'on remplace une fonctionnalité déficiente alors c'est largement accepté...car cela semble naturel... par conséquent, il n' y a que peu de travail de communication à accomplir... pour faire passer la pilule.


Lire la suite

24/11/2014

L'Homme Augmenté (II)

Unknown.jpeg

Les lunettes de Google font partie de ces nouveaux dispositifs que l'on va porter sur soi pour "augmenter" nos facultés.

Une fois encore ce n'est pas tant les Robots qui nous menacent mais nous même. La tendance est claire... on va s'augmenter...

En quelque sorte c'est le prolongement et l'augmentation de nos sens qui est au centre de la plus grande révolution...de tout les temps:


"L'Homme Augmenté"