Horlogerie Suisse : Vers une année 2020 catastrophique

Imprimer

Avec le « coronavirus », Il n’y a plus de doute à avoir, 2020 sera marquer par un arrêt brutal des ventes des montres suisses en Asie et particulièrement en Chine, à Hong Kong, Singapour et au Japon. Les chinois ont arrêté de consommer chez eux et en voyage (en fait ils ne voyagent plus) !

Le pays tout entier est en arrêt maladie.

Les usines restent fermées ou tournent au ralenti. Les magasins sont fermés. Les gens ne voyagent plus. Bref, sans production ni consommation chinoise l’Asie est économiquement malade et ce n’est pas bon pour l’Horlogerie Suisse.

Que faire ?

Attendre ou bien profiter de ce moment pour se transformer ?

Voici cinq idées pour nos stratèges horlogers en repos forcé.

  1. Verticaliser: Il faut absolument assurer le « supply chain » en rachetant les sous-traitants ou en diversifiant les sources d’approvisionnement. Ne jamais mettre tous les œufs dans le même panier. Mais un véritable plan de « supply chain » à la « chinoise » devrait ressembler à leur gigantesque plan « one belt, one road ». À savoir, construire les routes de l’approvisionnement les plus sûr possible.
  2. Road show : De préférence, monter son propre « road show » en parcourant le monde, région par région, plutôt que de participer aux grandes foires comme « Basel World ». L’avantage serait de créer une proximité plus grande tout en servant vos clients réguliers. Moins de transport : c’est bon pour la planète
  3. E-commerce : Aujourd’hui il n’y a plus d’autre choix que de développer le canal Internet. Pour la vente bien sûr mais pas seulement. Image, dialogue, communication et marketing doivent devenir UX (User eXperience) sur la toile. C’est encore souvent une toute nouvelle forme de communication pour l’horlogerie suisse. Il faut apprendre vite car « first take it all ».
  4. Smartwatches : Apple l’a démontré le futur passe par là et spécialement chez les jeunes consommateurs. La smartwatch est incontournable. Il faut acquérir ce savoir-faire, puis faire et enfin le faire savoir. On a quelques compétences en Suisse en la matière, lançons donc un plan national de survie.
  5. Innover par de nouvelles propositions de valeur : Ceci est peut-être la plus grande nouveauté. Il faut repenser la « proposition de valeur ». Durabilité, économie circulaire, IA transformationnel, etc. sont les nouvelles propositions sociétales auxquelles il faut rattacher l’horlogerie. Cette industrie ne peut pas continuer à vivre hors sol.
Lien permanent 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.