20/12/2016

L'horlogerie suisse a déjà perdu 2 milliards en 2016 !

Mois après mois et depuis prés de deux ans, les exportations horlogères perdent du terrain. Résultats des courses: le chiffre d'affaire du "sell in" a perdu 2 milliards en 2016!

C'est beaucoup car cela représente aussi du travail pour le secteur. On estime à plus de 2'000 les pertes d'emploi.

Maintenant la question est: quand cela va-t-il va s'arrêter?

Sans doute, courant de 2017. Car on va assister à une forme de stabilisation à un niveau certainement plus bas que la folle année 2014... Mais tout de même raisonnable pour cette industrie.

C'est la principale leçon de cette crise: on a atteint une nouveau palier historique d'équilibre autour des 26 millions des montres suisses vendues en "sell in".

Il correspond à un monde économiquement plus stable car il n'y aura plus les fantastiques ouvertures des pays de l'Est et de la Chine à l'économie de marché... qui avaient provoqué une embellie des ventes et porté les marchés du luxe vers des sphères astronomiques.

La fête est finie. La nouvelle normalité, c'est une croissance mondiale plus stable.

Donc il va provisoirement se créer un nouveau palier de stabilité pour les montres suisses jusqu'à ce que les effets des "smartwatches" se fassent sentir.

D'après Martin Frey (CEO de Fossil-Suisse) dans un interview paru lundi 19 décembre dans Le Temps, on va bientôt s'apercevoir de l'importance des "smartwatches" sur les parts de marché de l'horlogerie suisse.

Cela aura aussi des conséquences pour les marques et pour l'emploi en Suisse.