19/10/2016

Calvin aurait adoré les Blockchains !

Pierre Lévy est l'inventeur, il y a 20 ans, du concept "d'intelligence collective". Concept qui a aujourd'hui beaucoup de succès dans la Silicon Valley. Actuellement, il est Professeur d'Etat à Ottawa. Blockchain est le sujet de notre entretien. Sa vision reste très avancée sur son temps. Pour lui: tous les intermédiaires ont du souci à se faire: Notaires, Avocats, Banquiers, Commerçants, etc. vont à l'avenir plus ou moins disparaître car la question de leur contribution dans la chaîne de la valeur va être challengée par les blockchains.

Voici en résumé le développement de son point de vue.

Comme tout le monde le sait maintenant, les blockchains sont des technologies informatiques destinées à suivre des contrats sécurisés, transparents et décentralisés et pas seulement ceux liés aux bitcoins.

Par extension, les blockchains constituent des bases de données qui contiennent l’historique de tous les échanges effectués entre ses utilisateurs depuis leur création. Ces bases de données sont sécurisées et distribuées : elles sont partagées par ses différents utilisateurs, sans intermédiaire, ce qui permet à chacun de vérifier la validité des données.

Ce qu'il faut surtout retenir, c'est l'absence d'intermédiaire. Imaginez-vous une société sans intermédiaire ... purement directe à l'instar de Luther et Calvin qui ont appelé les fidèles à s'adresser directement à Dieu en se passant des curés et du latin, ce qui a abouti à la création de la Réforme. Eh bien, c'est exactement ce qui se passe, affirme Pierre Lévy. On peut l'appeler de diverses façons: révolution numérique, révolution 4.0, etc. mais cela va bien au-delà, c'est la fin programmée ou codifiée des intermédiaires.

Personne ne semble prendre la mesure d'une telle Réforme. Et pourtant dans cette conception économique, le client parlera directement avec l'usine, il traitera immédiatement avec les fabricants et de même l'usine via l'Internet des Objets et les contrats de type blockchain n'auront plus besoin d' "inter-médiation". 

Cela est vrai pour la finance, le commerce, l'industrie... mais aussi pour les médias, l'enseignement ou encore et surtout les États. En comprenant bien que l'une des fonctions importantes des États, ce sont les enregistrements de toute sorte notamment des contrats comme les mariages, les naissances, les propriétés privées, etc. vous vous imaginez bien à quel point les blockchains vont révolutionner les Etats et sa bureaucratie en général. Plus besoin de notaires, ni de registres foncier avec les blockchains. Cela devient tout simplement très concret et va entraîner une réduction massive des fonctionnaires.

Pierre Lévy pense aussi que le domaine de la Santé va évoluer vers des pratiques digitales nouvelles et moins coûteuses. Ici il s'appuie sur l'idée que des actes médicaux de toute sorte vont être chaînés dans les blockchains. D'une part, cela permettra une meilleure prise en compte des actes médicaux par l'ensemble des parties prenantes de la chaîne de la santé afin d'en diminuer les erreurs, les doublons, etc. tout en améliorant la qualité des soins pour un moindre coût et d'autre part, permettrait une plus grande transparence des interventions. Le dossier médical serait alors une collection de plusieurs blockchains toutes liées à des maladies ou des interventions chirurgicales précises. Les "blockchains-santés" seraient notre historique médical sécurisé et accessible à tous les parties prenantes en temps réel et aussi connectées avec des capteurs incorporés (pacemakers) ou non (montre connectées). 

Les "blockchains-santés" du futur, ce sont donc à la fois des actes médicaux, des données actives provenant des capteurs, et des appréciations patients (self quantified) le tout dans un grand registre historique entièrement informatisé, transparent, sécurisé et distribué. 

En tous les cas, demain, la donnée-patient sera au cœur du processus santé.

 

 

(article paru le Mercredi 19 octobre dans le Journal économique AGEFI)

Les commentaires sont fermés.