20/09/2016

Horlogerie Suisse: et maintenant le temps des faillites?

Les statistiques ne cessent de nous le rappeler: l'horlogerie suisse est en crise.

Les deniers chiffrent communiqués aujourd'hui par la fédération horlogère sont à cet égard à nouveau édifiants : les exportations horlogères ont vu leur valeur d'août 2016 perdre encore 11% (en termes réels) par rapport à août 2015, pour un total de 1,35 milliard de francs. 

C'est le quatorzième mois consécutif que cela baisse!

Mais tout le monde connait la cause actuelle de cette crise: une surcapacité de l'appareil de production par rapport à la demande. Surcapacité industrielle créée lors des années folles. 

Aujourd'hui, Il n'y a pas trente six manières de réagir, en fait il y a quatre possibilités: 

1- soit tout le monde réduit la voilure en même temps et on assiste à des licenciements ciblés - usine par usine - maison par maison mais en nombre limité:

        ... c'est largement ce qui se passe mais on est un peu dans l'urgence et en tout cas dans un mouvement de chacun pour soi

2.- soit on assiste à des regroupements, des acquisitions         

... comme récemment Frédérique Constant (par les japonais)... ou comme il y a quelques temps Eterna, Corum (par les chinois) ou bien avant encore comme Ebel, Concord (par les américains) 

3.- soit on attend les premières faillites pour résorber ce problème:

        .... et déjà toute la profession se demande qui va tomber le premier? ... Des prévisions sont faites en catimini... des noms sont évoqués ... tout le monde retient son souffle.

  ... on a déjà assisté à des disparition discrètement comme Favre-Leuba, Breva Genève, Fontainemelon, etc... 

        ... parfois plus bruyamment comme le "CLIP" de Michel Jordi... il y a quelques années, il est vrai... mais là on peut s'attendre à autre chose?

4.- soit encore l'industrie horlogère cherche vraiment un nouveau "levier de croissance"

        ... et là tout le monde le connait: c'est la montre connectée

Bref, on va probablement assister d'abord aux deux solutions évoquées ci-dessus (1+2) avant d'entamer sans doute la prochaine phase (3) celle des faillites .... oops .... et la 4ème c'est pour quand?

Cela aurait quand même été plus intelligent d'envisager aussi une offre de montres connectées tout de suite ... non?

 

Les commentaires sont fermés.