09/03/2015

APPLE WATCH: c'est parti!

Aujourd'hui 9 mars, APPLE annonce le lancement commercial de sa montre pour le 24 avril prochain et en pré-commande à partir du 10 avril.

Alors que pouvons-nous dire, de purement logique, sur l'avenir économique de la montre suisse après cette annonce?

D'abord, si dans l'année qui vient quelqu'un achètera une montre connectée alors il n'achètera pas une autre montre. On parle en économie de système à somme nulle. Si j'achète un produit X alors je n'achète pas de produit Y dans un laps de temps donné. C'est simple, c'est mathématique.

Ensuite, il faut savoir que la montre d'Apple se vendra en moyenne autour des 400-500 CHF même si l'entrée de gamme sera légèrement moins cher et que le très haut de gamme avoisinera les 18'000CHF. C'est environ 10 millions de montres suisses qui sont dans ce type de gamme de prix (selon les statistiques de la FHS).

Donc, si Apple parvient à vendre 16 millions de montres dans l'année (certains parlent même de 40 millions, qui correspond au 10% de sa base client installée, ou d'autres comme UBS, qui plus raisonnablement annonce le chiffre de 24 millions) alors d'autres horlogers vendront moins, beaucoup moins... c'est-à-dire que les horlogers suisses vont perdre une très grosse part de leur marché actuel...quelque chose approchant peut être les 10 millions de montres... car ne l'oublions pas le segment de prix de l'Apple Watch est assez large et cela représente près de 40% des ventes totales de l'industrie horlogère suisse. C'est du sérieux

Enfin, si vous perdez de telle part de marché alors forcément cela aura des conséquence sur l'emploi. Pour rappel, lors de la crise de la montre quartz, le secteur horloger suisse avait perdu, en une dizaine d'années, plus de la moitié de ses emplois... Combien cette fois-ci? Difficile à le prévoir pour l'instant? Mais on peut craindre le pire...

Ce qui est sûr c'est qu'on pourrait bien à nouveau connaître une grande vague de licenciement. Malheureusement peut être jusqu'à un quart des effectifs...

Sauf bien sûr si les horlogers suisses ripostent en offrant eux aussi une montre connectée, innovante et de qualité... avec un petit plus du genre: qui ne se jette pas après trois ou quatre ans comme le font les tenants de la "mort programmée" des objets... 

La montre suisse avait historiquement prouvé sa "durabilité" plus que sa "précision", d'ailleurs .... alors qu'on y revienne...

Les commentaires sont fermés.