16/10/2014

Inouï: La ville autoroutière! (épisode XVII)

Aux USA, la ville a déserté le centre et les faubourgs…elle se construit désormais le long des autoroutes et plus précisément aux principales sorties de celles-ci. Inouï!

Pour le visiteur européen qui a l’habitude de visiter l’Amérique en se rendant dans les grandes villes comme New York, San Francisco, Chicago, Boston ou Washington ou dans les grandes étendues du Grand Canyon et des parcs nationaux, ce phénomène n’est pas visible. Il faut aller voir Little Rock (AK),  Memphis (TN), Florence (NC), Amarillo (TX), etc. pour comprendre ce nouvel urbanisme.

En deux mots, celui-ci consiste à déplacer vers des zones à grand trafic les fonctions vitales d’une ville tels que le commerce (Mall), l’hébergement (notamment les hôtels et les parcs à villas), la restauration (fast food) et plus étonnamment les lieux de culte. Les constructions sont toutes récentes tandis que le centre ville est ancien, délaissé et souvent en ruine…seules les banques, les assurances et l’administration semblent encore avoir envies de résister …mais jusqu’à quand ?

Le centre s’est vidé en quelque sorte par absence d’animations et d’activités.

En fait, le secret de ce mouvement de reconstruction est bien sûr le trafic.

Une ville est le lieu de passage (trafic) par excellence qui réunit les marchands et les populations. Le mode de vie contemporain américain a déplacé les lieux de passage au profit exclussif des autoroutes (et donc des sorties d’autoroutes) ...donc logiquement la ville a suivi.

Intéressant notamment pour les urbanistes têtus qui font plan de reconstruire là ou rien ne se passe jamais!

C’est important ici de noter à quel point les anciennes manières de réfléchir perdurent chez nous.

Et à titre de comparaison, les entreprises européennes ou suisses (voir même les commerçants) ont de la peine à évoluer face au développement gigantesque du trafic sur Internet.

Au lieu d’aller là où les gens vont…ils s’obstinent à les faire venir là où ils ne veulent justement pas aller.

Les Etats-Unis en se sens sont mieux préparés que nous en tout cas au concept qu'il faut aller avec le trafic et pas contre lui!

Est-ce pour cela qu'ils sont bien meilleurs que nous dans les usages d'Internet où là très exactement seul le trafic compte:

Juste un exemple pour s’en convaincre…Fossil (montres et accessoires) vendent deux fois plus sur Internet que Swatch !

Trafic: voilà la principale caractéristique des « temps modernes ».

Les commentaires sont fermés.