07/08/2014

Comment trouver de la croissance pour les cantons romands ?

Les cantons romands doivent depuis ces dernières années faire face à un nouveau défi: la fin de leur stratégie exogène. En d’autres termes, c'est fini avec la croissance venue de l’étranger à travers des implantations d’entreprises internationales.

Il va falloir compter davantage sur nos propres forces, nos propres entreprises. Cela va mener les politiciens, notamment les chefs des départements de l’économie des cantons romands à définir une toute nouvelle politique de croissance connue sous le nom de l'effet de levier.

De quoi s’agit-il exactement?


 Le concept de "nouveau" levier de croissance tel qu’il est exprimé ci-dessous est un concept récent bien que de tout temps les entreprises aient toujours cherché à croître, c’est aujourd’hui avec cette crise économique persistant que l’on a essayé de reformuler une approche plus efficace et plus rentable. On va donc parler ici de cette nouvelle donne à savoir, une capacité de créer de la croissance dans un monde en transition voire en crise permanente.

D’abord, il faut savoir que les leviers de croissance pour une entreprise sont maintenant bien répertoriés. Ils sont exactement au nombre de sept: (1) améliorer l’opérationnel et surtout les marges, (2) faire partout la chasse aux gains en productivité, (3) augmenter le volume de vente avec la clientèle actuelle, (4) chercher plus généralement à agrandir le marché, (5) acquérir des concurrents, (6) se connecter à l’éco-système et (7) innover.

Ensuite, les pouvoirs publics peuvent non seulement classiquement intervenir sur les conditions cadres que sont la fiscalité, les lois, les infrastructures ou la bureaucratie mais ils peuvent aussi imaginer des formes plus atypiques d’intervention comme par exemple sur la culture et la classe créative. Faisons un rapide tour d’horizon des idées à disposition des autorités pour accomplir une telle tâche:

1.- créer une culture de la marge en favorisant l’esprit de réussite et de risque plus que l’esprit de normalité et du moindre risque en organisant des camps pour entrepreneurs dans des pays émergents par exemple.

2.- enseigner les techniques de productivité comme le 6sigma partout dans les écoles du tertiaire (EPFL, Universités et HES).

3.- transformer le concept de «Client-Roi» en Client-Connecté» pour accroître les relations avec lui propice à une croissance des affaires.

4.- agrandir les marchés en créant des incitations légales ou financières par exemple dans la construction en encourageant massivement l’isolation renforcée des bâtiment dans une perspective de transition énergétique.

5.- organiser des foires à l’acquisition d’entreprises notamment dans le cadre générationnel du passage des «baby boomers» à la retraite.

6.- favoriser l’éclosion d’éco-système industrielle qui au-delà du concept de cluster implique tous les acteurs d’une chaine de la valeur y compris les régulateurs et les clients-consommateurs.

7.- lancer des initiatives dans le domaine de l’innovation de rupture, la seule véritablement capable de créer des emplois en cherchant plus à faire éclore la créativité que l’incrémental.

Bref, il s’agit pour une fois d’inventer notre futur chez nous sans aller chercher des modèles ailleurs comme on l’a tellement prôné ces dernières décennies notamment avec le modèle de la Silicon Valley. Entre parenthèse, ce modèle californien n’a finalement été imité par personne, nulle part!

On devrait d’ailleurs se poser la question de cet échec collectif et planétaire mais c’est un autre sujet. Pour en finir avec le concept de «levier de croissance», on peut dire que les chefs des départements des économies cantonales, sous la pression de la normalisation de la fiscalité des entreprises, notamment européenne doivent absolument mettre en place une nouvelle politique crédible s’ils veulent garantir à long terme le bien être des populations.

Ils vont donc naturellement se tourner vers cette toute nouvelle approche pragmatique mais bougrement efficace.

article paru aujourd'hui dans l'AGEFI en page 10

Les commentaires sont fermés.