29/07/2014

A la conquête de l’éternel

Google se lance dans la collecte de données d'ADN de milliers de volontaires afin de mieux détecter les facteurs déclencheurs de maladies mortelles.


Le groupe californien, après la Google Car, veut désormais s'attaquer à une machine encore plus complexe: le corps humain. Il a récemment annoncé le lancement d'un nouveau projet au sein du Google X, son centre de recherche en innovations de rupture. «Baseline Study» est un projet pour collecter des informations sur l'ADN de milliers de personnes afin de déterminer le profil type d'un patient en bonne santé ou pas. Ce projet est dirigé par le docteur Andrew Conrad, un scientifique spécialiste de la biologie moléculaire.

Analyse de cette déclaration :

- Le but avoué est d'aider les chercheurs à mieux détecter les éléments déclencheurs de maladies mortelles, comme les crises cardiaques ou les cancers. En collectant le maximum de données - la collecte doit s'étendre à des milliers de personnes volontaires -, les scientifiques espèrent pouvoir prévenir plutôt que guérir les problèmes de santé les plus graves. «Avant de pouvoir faire de la prévention, nous avons besoin de comprendre les mécanismes qui régissent un corps en bonne santé», résume Andrew Conrad dans une interview au Wall Street Journal.

- Le but caché c’est l’augmentation de la durée de vie. La santé est une préoccupation récente de Google. En septembre 2013, le moteur de recherche annonçait la création d'une nouvelle entreprise : Calico, dont la mission est l’allongement de la vie humaine. Dirigée par Art Levinson, ancien PDG de la société de biotechnologie Genentech, qui a notamment mis au point l'insuline humaine en 1982, cette entreprise devient leader mondial des études sur le prolongement de la vie. Google a par ailleurs investi presque 4 millions de dollars dans une autre entreprise spécialiste de l'analyse du code génétique, appelée : 23andMe.

- Le but final étant de produire de nouveaux dispositifs tels que les bracelets santé ou de nouvelles applications, notamment un nouveau système d’exploitation pour la santé - au sens large (voir mon précédent blog sur cette thématique).

 

Google ne veut pas laisser le champs libre à Apple dans ce domaine…on se demande cependant comment les entreprises suisses du secteur santé ou de la montre vont bien pouvoir résister à cet nouvel assaut? Si l’on regarde comment les médias du monde entier ont mal vécus l’arrivée des géants californiens…on peut s’inquiéter…


(références: articles récents du Wall Street Journal et du Figaro)

Les commentaires sont fermés.