13/07/2014

iWatch/Swatch : 3 à 0

Dans le match que vont se livrer l’iWatch et la Swatch dès cet automne, on peut déjà dire qu’Apple va gagner par 3 à 0. En effet, en comparant trois éléments clés que sont le marketing, la précision et les fonctionnalités, on se rend compte immédiatement de la supériorité de la iWatch sur la Swatch.



En premier lieu le marketing. Plus de 68 millions de citations contre 57 millions sur le moteur de recherche de Google lorsque l’on tape les mots clés : iWatch ou Swatch. La montre iWatch annoncée pour la fin de l’automne 2014 n’est pas encore disponible dans les boutiques d’Apple que déjà elle occupe massivement les médias du monde entier (et tout spécialement Internet) alors que la Swatch sortie, rappelons-le en 1983, il y a donc déjà 31 ans, fait moins de couverture média Internet. La capacité d’Apple de communiquer est stupéfiante. Il suffit pour cette compagnie de sortir de son chapeau un nom et immédiatement les médias du monde entier s’en emparent pour répandre et créer un buzz. La rumeur produit alors toute sorte d’hypothèses dont la plus remarquable est qu’Apple « aurait » la capacité de produire 4 millions d’iWatch par mois. C’est exactement deux fois plus que la production totale de montres que la Suisse est en mesure de produire. Stupeur et incrédulité!  Les mots manquent pour décrire l’état d’esprit de la branche horlogère suisse qui commence à ressentir une certaine inquiétude.

Deuxièmement, la précision. La montre iWatch sera toujours à l’heure ! Elle sera la première montre populaire qui indiquera, quelque soit le lieu, le moment de l’année, l’heure exacte. La Swatch comme toutes les montres mécaniques (idem pour le Sistem51 de Swatch) indique une heure approximative car plus difficile à produire (elle ne reçoit pas l’heure par connexion !). De plus, lors des changements d’horaires d’été et d’hiver, il faut opérer manuellement, ce qui n’est pas le cas de la montre connectée qui reçoit l’heure tout comme les téléphones mobiles. La iWatch affichera toujours l’heure exacte lors de passage d’un fuseau horaire à un autre.

Troisièmement les fonctionnalités proposées par une montre mécanique ou à quartz sont limitées. D’abord elles indiquent l’heure et avec cela plusieurs dizaines de fonctionnalités diverses ont été développées, mais presque toutes liées au temps comme le chronométrage, à l’astrophysique comme le mouvement de la lune ou des planètes ou alors plus rarement à l’espace comme l’altimètre. Ces complications sont finalement peu nombreuses, comparées à ce que la iWatch va offrir. En effet avec la montre d’Apple, on rentre dans le monde digital et des centaines de milliers d’algorithmes ou d’applications (Apps) vont pouvoir être téléchargées sur le dispositif qu’est la iWatch. On change de registre car la iWatch est un « device » : un objet connecté réceptif d’applications tout comme notre « Smartphone ». Ce n’est plus quelques fonctionnalités prédéfinies que je vais acheter mais tout un dispositif électronique capable d’évoluer en fonction des applications téléchargées. C’est un concept totalement différent de la montre mécanique dont l’industrie horlogère suisse devra finir par vivre avec !  

Ainsi, si l’on regarde ce match…on peut déjà conclure par un 3 à 0 en faveur de la iWatch contre la Swatch.

Les commentaires sont fermés.