06/04/2014

Main + Machine = Manufacture

L’enjeu industriel pour la Suisse est comme tout le monde le sait:   – la haute valeur ajoutée –. Et cela est tout particulièrement vrai pour l’horlogerie, la machine-outil ou le medtech.

Mais autour de quoi va évoluer la notion de – valeur ajoutée – demain ?

Est-ce que ce sera la fonction finale du produit ou la manière de le fabriquer ?

Est-ce que ce sera donner l’heure ou fabriquer un mouvement porté au poignet ?

Est-ce que  ce sera  être connecté – ou – donner de la qualité par la différence du «fait main» ou du «façonner main» ?


main-3d.jpg

Ce qui saute aux yeux, c’est que demain ce sera la manière de faire les choses qui va compter. La finalité n’aurait plus guère d’importance. Face à la machine, seul le savoir-faire avec passion ou l’amour du travail bien fait par l’homme sera en mesure de faire la différence entre produit commun et produit d'exception. Tout le jeu va tourner autour du lien main-machine et on revient donc au concept de la manufacture.

Les usines avec une totale automatisation n’est pas dans notre ADN car elle favorise certes la grande série et le bas de gamme mais pas le haut de gamme. On doit conserver nos caractéristiques d’excellence, de savoir-faire à la main. C’est là que réside le luxe ultime, celui qui demain gardera une véritable valeur.

Il va falloir donc revisiter la conception de la Manufacture.

Demain, la manufacture ne sera pas celle que nous connaissons notamment dans son modèle pré-industriel conservé plus ou moins bien jusqu’à présent qui mélange machine, machine-outil, automate industriel, robot et chaîne entièrement automatisée. Ces hésitations entre le fait main (haute couture) et la production industrielle (grande série) a été très opportuniste en fonction des divers progrès technologiques contraints aussi par des impératifs économiques. Fabriquer en grande série et bon marché ont été les deux tendances de l’histoire industrielle et l’horlogerie n’y a pas échappé. En se positionnant vers le haut de gamme alors la rareté et le luxe peuvent devenir des objectifs importants à considérer. Balancée entre la rentabilité et la recherche de marge, la production manufacturière a eu la tentation de céder aux dangers de la production industrielle. Aujourd’hui dans un monde, on est confronté à ces deux composantes même dans la haute horlogerie.

Il est grand temps de bien – redéfinir – le concept de production pour que l’ADN manufacturière soit à sa vraie place, c’est-à-dire au centre à la fois du produit, de son histoire et de la relation avec la clientèle.

Pour se faire nous utiliserons le concept de « Think Tank Manufacturiel » basé sur – Fact, Figures & Storytelling – qui sont les éléments constitutifs et cohérents de tout Think Tank, mais c’est une autre histoire et nous y reviendrons pour revister la manufacture 3.0.

Les commentaires sont fermés.