26/01/2014

« Big Data, Big Deal »

La révélation des agissements de la NSA par Edward Snowden a choqué le monde entier y compris la Silicon Valley qui s’est soudainement réveillée totalement traumatisée. L’esprit libre voir libertaire des débuts de la vallée avec HP, Apple, et tant d’autres de l’ère des chips, des computers et surtout d’Internet a été stoppé d’un seul coup. Tous complices des « Big Data » donc de la « Big Surveillance » semble dire l’opinion publique… Dur, dur.    Le "Big Data" c'est transformé en "Big Deal", en grosse affaire en quelque sorte...

 

images.jpg

 Les révélations divulguées au compte goutte dans les médias montrent bel et bien que les start-ups historiques du digital ont été des parties prenantes de cette immense chasse aux données.

Terrible constat pour nous mais aussi pour elles.

Sur le fond et la forme, les anciennes « start-ups » californiennes ont trahi leur image « cool ». Non seulement, elles ont permis d’enrichir quelques uns avec le travail de tous, souvenez-vous de la polémique autour de Zuckerberg et des « amis » du réseau Facebook mais de plus, elles nous espionnent …on le sait maintenant … pour notre bien… désormais, on peut en douter. Notre liberté semble quand même bien entamée maintenant. Il va falloir ruser. C’est stressant. Pour l’ambiance à la Silicon Valley c’est semble-t-il fini…les utopies libertaires semblent lointaines la liberté aussi

Les « Big Data » auraient dû nous permettre de mieux comprendre les comportements, les maladies, les événements, etc…par exemple cela semblait être très prometteur pour suivre le développement des épidémies ou de manière plus personnalisée, le suivi des maladies graves comme le cancer.

Patatras !

Après les révélations sur les pratiques de la NSA, récemment encore largement soutenues par Obama, qui veut encore entendre parler de « Big Data » de « Data Mining » ou d’autres techniques révolutionnaires d’extraction de données.

Ce recul des opinions publiques sur l’évolution de l’industrie du digital va affecter pour longtemps et peut être pour toujours la Silicon Valley. On va ainsi assister à la fin d’un modèle tant admiré il n’y a pas si longtemps. Adieu l’esprit pionnier, le temps des « start-ups » et bien fini. Vive le management froid.

Heureusement que l’on n’a jamais vraiment su ou pu appliquer ce modèle américain en Suisse comme l’a démontré Avenir Suisse dans une étude récente       (http://www.avenir-suisse.ch/fr/32059/la-sante-de-linnovat...).

Dans notre pays, nous avons choisi la Santé pour nous développer…c’est plus sain…

En espérant toutefois que Google et son laboratoire top secret X ne soit pas capable de venir affronter nos géants de la pharma, du medtech, de la biotech, de la bio-informatique, de l’hygiène, de la médecine ou de la nutrition…

Les commentaires sont fermés.