13/01/2011

«Crise du logement» ou « crise des infrastructures» ?

A Genève, à Lausanne et dans toute la métropole lémanique, on ne parle plus que de la crise du logement et de la crise des infrastructures…mais avons-nous seulement mis en avant et discuté la question du futur que nous souhaiterions donner à notre environnement métropolitain ?

En effet, si nous construisons massivement des infrastructures interurbaines ou des logements en dehors des villes, alors on crée de l’étalement urbain à l’image de Los Angeles…Mais si nous construisons les villes en ville, alors on résout d’un seul coup les questions de logements et d’infrastructures…c’est logique…et nous avons donc plus à faire à une « crise des visions » qu’à toutes autres formes de crises…

En admettant que la vision de construire les villes en ville soit une vision commune et partagée, alors serait-il possible de la réaliser ?

En fait, il existe plusieurs solutions complémentaires à cette question :

- D’abord on peut densifier les villes et elles sont nombreuses dans la Métropole : Genève, Lausanne, Nyon, Renens, Morges, Rolle, Vevey, Montreux, Yverdon, Divonne, Ferney mais aussi Fribourg, Bulle, Monthey, Martigny, Neuchâtel sans parler de Thonon, Evian, Annemasse, Belgarde, etc…et laisser les étendues vertes en campagne proche….au lieu de bétonner celles-ci…

- Ensuite, on peut construire en hauteur dans les villes. En quelque sorte « élever la ville ». Genève a passé une loi dans ce sens. Zurich et Bâle ont commencé à édifier des tours. A notre tour de viser vers le haut…

- Enfin, on peut utiliser des zones à libérer comme les friches industrielles (ou l'exemple de la zone industrielle du PAV à Genève) ou encore les gares de triage des CFF en ville. Ces zones sont plus nombreuses que l’on ne le pense généralement par le simple fait que nos gares sont construites à l’ancienne au lieu d’être de simples quais d’embarquement comme celle des « TGV » ou des trains allemands. Un bon exemple, est la nouvelle gare centrale de Berlin qui a une emprise au sol minimal et donc libère de grande surface pour la ville.

Bref, ce se sont pas les solutions qui manquent mais bien un narratif de notre vision commune pour le futur :

« Si l’on sait ce que l’on veut alors on le fait tout simplement ».

 

Commentaires

Parfaitement juste Monsieur Contesse.

Pour Genève, la simplicité serait le plus efficace.
Construire en ville des logements et développer les zones économiques sur la périphérie (Plan-les ouates, Meyrin – Satigny, Chêne – Thônex et la Pallanterie).
Voici les pôles économiques à retenir
Ceci inverserai les flux et désengorgerai la ville.
Ceci rapprocherait aussi les résidents du Genevois voisin de leurs lieux de travail.
Ceci rapprocherait aussi nos deux économies (France et Suisse)
Bien entendu l'activité des commerces en villes en serait renforcée puisque nous pourrions compter sur plus d'habitant.
Mais le développement de Genève doit être encore plus ambitieux
Vous avez eu une très bonne remarque l'autre jour sur la TSR
Genève doit investir dans les infrastructures routières, ferroviaires et des transports publics du genevois voisin.
Le canton et les communes genevoises doivent mettre la main au porte monnaie sans râler (ce qui va être difficile !!!).
Genève doit négocier ces financements par des contres-parties
Et comme contrepartie je vois l’utilisation des zones franches par des entreprises du canton de Genève.
En conservant le droit suisse et la fiscalité suisse bien entendu.
Amitiés

Écrit par : eric | 13/01/2011

Exact. Pourquoi la Suisse et les cantons de Vaud, Genèvevet Valais n'investissent pas dans dess infrastructures autoroutières et ferroviaires sur oa rive sud du lac.Tout le monde en serait gagnant pour l'économie transfrontalière, pour favoriser l'accès au Valais et favoriser son tourisme.Faisons le pas et investissons dans le futur.

Écrit par : Demain | 13/01/2011

Une autoroute sur la rive sud du Léman, ce serait une excellente idée, la preuve, c'est que les Français veulent la faire. Mais les écologistes s'y opposent et ils ont obtenu gain de cause au Conseil d'Etat, qui bloque les travaux. Donc avant d'investir, mieux vaudrait trouver comment obtenir les autorisations, non ?
Idem, construire en ville, très bonne idée. Tout le monde est pour. Sauf que les gens dès qu'ils en ont les moyens, préfèrent habiter dans une maison à la campagne que dans un immeuble en ville. C'est vrai dans toutes les métropoles du monde. Vous voulez faire quoi ? Interdire les villas ?
La vraie vie est juste un peu plus compliquée que ce qu'on peut sortir en cinq secs d'une boîte à idées.

Écrit par : Lamentin | 13/01/2011

Bien sûr il faut étudier le dossier avant d'investir mais apparemment le problème vient de la Ville d'Evian et la protection de sa source et de la multinationale qui la gère. Les écologistes craignent aussi une contamination des eaux d'Evian. Certains préfèrent avoir une villa mais tous rêvent de passer le moins de temps dans les voitures et les embouteillages genevois donc le fait de se rapprocher de son lieu de travail est devenu un vrai luxe.

Écrit par : Demain | 13/01/2011

Je ne sais pas qui vous a informé, mais c'est du flanc. Le bassin versant de l'eau d'Evian est situé bien au-dessus du point où pourrait passer l'autoroute, ou plutôt la quatre voies. Quand au luxe urbain dont vous parlez, expliquez-moi donc pourquoi les loyers flambent bien davantage à Cologny qu'à Plainpalais ?

Écrit par : Lamentin | 13/01/2011

Le luxe urbain pris au sens de privilège de la proximité du lieu d'habitation et de celui du travail.Parcourir des kilomètres en voiture et faire des trajets en train quotidiennement dû à l'éloignement n'est pas un avantage pour la qualité de vie et le stress. Aujourd'hui le prix des ventes flamble sur le Canton mais la rareté de biens immobiliers à louer en ville est aussi un gros problème. Cherté dans l'acquisition et pénurie dans la location.
Sur la question d'Evian. C'est un interview du maire d'Evian Marc Francina dans la nouvelliste qui apporte une réponse. www.nouvelliste.ch/fr/news/valais/qui-sabote-le-chablais-a-paris_9-166254. Peut-être que si les écologistes s'opposent à cette construction, c'est certainement pour la préservation du paysage, de la montagne et de son...eau....
Consulter www.aménagement-montagne.net/1689-voie-rapide-a-40-saint-gingolph-haute-savoie ou encore le résumé de la situation en 2010 www.desenclavement-chablais.org

Écrit par : Demain | 14/01/2011

Les commentaires sont fermés.