12/05/2008

CREATIVITE : S'INSPIRER DE BERLIN

 
 
1782539544.2.JPG1295337297.JPG1928491253.JPG
 
 
Prétendre être une ville créative semble aujourd’hui aller de soi, encore faut-il l’être vraiment ! Ce qui frappe en visitant Berlin, c’est que ce slogan lui va comme un gant !

Pas un carrefour sans bâtiment en construction ou neuf alliant imagination et créativité.

Pas une boutique ou un restaurant débordants d’innovation et d’inventivité.

Pas une exposition d’art sans surprise ou dépassement.

Pas un parc, un square ou un quai alliant urbanité et nature.

L’espace et l’énergie sont propres à l’ouverture des esprits, à la mobilité des personnes et aux échanges. Singulièrement, Berlin possède tous ces atouts et se profile donc comme un lieu de respiration pour une Europe souvent trop encombrée par son passé.

Berlin a su remettre à plat son passé trouble encore vivace pour définitivement se tourner vers un avenir prometteur.  Du Mémorial de l’Holocauste à la rue de la Terreur à Wilhemstrasse, des derniers vestiges du Mur à l’emplacement assez discret du Bunker d’Hitler, l’histoire de la ville se raconte sans détours. Mais au même moment, se dégage une effervescence salutaire autour de lieux de culture comme la galerie O/C  dans le quartier de Mitte, le Berliner Ensemble sur la place Berthold Bretch ou encore l’ancienne gare Hamburger (qui abrite la collection Flick que les zurichois avaient refusé d’accueillir lors d’une votation populaire).

Cette dynamique créative se décrit sous toutes ses formes et est éparpillée sur cette immense ville qui évoque le mieux l’Europe urbaine de demain.

Les promoteurs du projet de la Praille-Acacias-Vernet (PAV) et de la Jonction seraient bien inspirés de se rendre avec Easyjet à Berlin afin de jauger par eux-mêmes du potentiel créatif qui émane de la construction de quartiers neufs. En effet, un bâtiment ne se limite pas seulement à être un logement, un bureau ou un commerce mais est avant tout une extraordinaire débauche d’inventivité et de hardiesse.

Chaque recoin, commerce, cour intérieure, bar, parc, square, promenade, parking, mobilier urbain, éclairage a été repensé, remodelé, réapproprié et désigné.

Dégager de l’énergie créative est aujourd’hui au centre de toute nouvelle prospérité car elle entraîne par essence l’esprit d’entreprendre propre au dépassement des facultés humaines.

Se saisir de l’opportunité du projet PAV comme un projet sur la créativité plus qu’un pur projet immobilier, pourrait fournir à Genève une nouvelle manière d’appréhender l’aménagement de son territoire.

Commentaires

.... mais ces allemands, eux, ils travaillent avant de râler...............
Celà a toujours été leur force !

Écrit par : coucou | 12/05/2008

C'est parce que les Allemands mettent le verbe à la fin de la phrase.
Nous on râle d'abord et après on se met au boulot,..........ce qui revient au même.

Écrit par : Olegna | 13/05/2008

Votre article, ( très bien écrit et très réel ), soulève néanmoins un problème.
Celui de ces 2 mentalités différentes.
Berlin appartient à ce monde germanique, alors que Genève appartient au monde franco-latin.

Dès lors, il est impossible ( même si impossible n'est pas français ) de concilier ces 2 mentalités. ( à mon humble avis ).

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/05/2008

"Pas un carrefour sans bâtiment en construction ou neuf alliant imagination et créativité. Pas une boutique ou un restaurant débordants d’innovation et d’inventivité."

C'est d'une époque de névrosés décadents et superficiels, que d'avoir sans cesse besoin de "jamais vu" pour s'éberluer davantage !

"Berlin appartient à ce monde germanique, alors que Genève appartient au monde franco-latin."

Les universalistes ne croient pas à ces choses-là. Ce qui est bon pour les Hottentots est bon pour les Inuits... Et réciproquement...

Écrit par : Scipion | 15/05/2008

Les commentaires sont fermés.