07/04/2008

EVIAN BOUCHONNÉ !

770387844.jpg
Si l’on regarde sur une grande échelle le développement de la métropole lémanique, on s’aperçoit immédiatement que le sud du lac Léman est le maillon faible en matière de communications terrestres.

En effet, ni train, ni autoroute ne parcourent le Chablais français. La ligne du Tonkin qui jadis permettait de connecter Annemasse au Valais a été désaffectée depuis longtemps (entre EVIAN et Saint-Gingolph) et la voie rapide (semi autoroute) qui devrait permettre aux automobilistes de rejoindre Annemasse à Saint-Gingolph en passant par Evian, est aujourd’hui totalement bloquée devant l’attitude conservatrice des autorités d’Evian.

Si bien que la circulation des travailleurs, des habitants et des touristes est entravée par ce refus de prendre en compte aussi les intérêts de la population quitte à leur fait subir un véritable cauchemar. Si l’on garde à l’esprit une vision globale du développement métropolitain alors la situation est encore plus dramatique. En effet, comment imaginer une métropole lémanique sans contournement rapide et efficace par transport public ou privé du sud du lac Léman.

Saisir que ce lac est en quelque sorte notre « Central Park » autour duquel se construit la métropole polycentrique est la vision la plus cohérente pour la région. Toutes les autres approches pousseraient inévitablement à la centralité et donc à la création en étoile des lignes de communication. Si l’on veut éviter que Genève soit la mégapole et donc le seul lieu de concentration alors un réseau dense et polycentrique de communications terrestres doit voir le jour.

Aujourd’hui, il est clair que le maillon faible dans cette vision est EVIAN.

Les autorités suisses et françaises doivent impérativement travailler pour non seulement réactiver la ligne ferroviaire du Tonkin mais également achever la voie rapide du sud du lac (semi autoroute).

Il en va de notre développement économique et social commun mais aussi de notre qualité de vie. Le destin franco-suisse de la région a toujours existé même si souvent les autorités, de par et d’autre de la frontière, se sont laissées enfermer dans des barrières territoriales à l’origine de toutes nos difficultés. En tous les cas, notre passé plutôt glorieux montre qu’il est toujours possible de dépasser les contraintes frontalières apparentes. Que les habitants d’Evian et du Chablais français entendent ce message. Ils ont aujourd’hui, une grande responsabilité pour l’avenir de la région métropolitaine lémanique.

Commentaires

Je suis d'accord. Il faut absolument que les autorités genevoises fassent pression sur les autorités de France-voisine afin qu'elles mettent à disposition des citoyens français ou suisses habitant en France des transports efficaces !

Écrit par : café | 07/04/2008

Il suffirait peut-être que les employeurs de ces habitants se regroupent pour financer la chose. Qui serait contre ?

Écrit par : R.M. | 07/04/2008

Il suffirait peut-être aussi d'ouvrir un horaire de train ou de regarder une carte: la ligne du Tonkin n'a pas été supprimée entre Annemasse et le Valais, mais entre Evian et St-Gingolph. La ligne Evian-Genève connaît actuellement une forte croissance, avec du matériel moderne, et CEVA permettra des relations encore bien plus fréquentes. Donc oui à la réouverture du chaînon manquant entre Evian et St-Gingolph, mais il est un peu ridicule de dire que les autorités ne font rien en matière de trafic ferroviaire dans le Chablais français. Par ailleurs, le contournement de Thonon va ouvrir le 1er juillet prochain... donc on se préoccupe aussi de la route ;-))

Écrit par : Ottokar | 07/04/2008

Ce qui explique notre action qui petit à petit va voir son travail récompensé.
Il faut absolument réouvrir cette ligne indispensable à tous Chablaisiens qu'ils soient Suisse ou Français, pour que l'on ne soit pas bloqués à St-Gingolph comme du 14-04 au 18-04 ou la route sera COMPLETEMENT FERMEE.... Merci à la CGN et au conseil général 74 de prévoir des navettes par bateaux, et si la voie ferrée était ouverte nous aurions deu8x possibilités de communications....

Écrit par : Sauvons le Tonkin | 07/04/2008

La protection sociale à la française, c'est bien, mais c'est cher. L'économie française n'est pas florissante. Et je lis ceci : "Encore une bonne raison de s’installer en Valais :
L’Etat boucle ses comptes 2007 sur un bénéfice de 97,4 millions de francs et envisage une diminution ciblée de la charge fiscale, en faveur de la classe moyenne. Depuis 2000, le canton a revu sa fiscalité six fois à la baisse." Hors de toute condération nationale, on peut se dire que le Tonkin peut être très utile à ceux qui veulent s'installer dans le Valais. Dans les faits, on habite souvent en France, pour travailler en Suisse. L'économie suisse marche très bien. Pourquoi ne pas faire des dons aux cousins savoyards, dont l'économie n'est pas si bonne ? Pour des travaux utiles à la fois aux uns et aux autres, bien sûr. Peut-être qu'on a tort de penser au bien public seulement à l'intérieur des territoires nationaux.

Écrit par : R.M. | 07/04/2008

Les commentaires sont fermés.